C'était dans "France-Soir": Septembre 1948, Marcel Cerdan devient champion du monde

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

C'était dans "France-Soir": Septembre 1948, Marcel Cerdan devient champion du monde

Publié le 15/09/2019 à 20:57 - Mise à jour le 27/09/2019 à 18:02
©DR
PARTAGER :

Auteur(s): Jean-Michel Comte

-A +A

Un boxeur français qui vient ravir aux Américains le titre de champion du monde des poids moyens: le 21 septembre 1948, Marcel Cerdan devient un héros national après sa victoire sur Tony Zale. Quelques heures plus tard, c'est à "France-Soir" qu'il raconte son combat, en exclusivité.

Mardi 21 septembre 1948 est un jour de gloire pour la France. Ce soir-là, au Roosevelt Stadium de Jersey City, dans la grande banlieue de New York, Marcel Cerdan devient champion du monde des poids moyens, à 32 ans.

Tenant du titre depuis 1941, l'Américain Tony Zale, 35 ans, l'a perdu puis regagné face à son compatriote Rocky Graziano, avant de le remettre en jeu contre le champion français, jusqu'alors champion d'Europe.

Au quatrième round, d'une droite bien placée, Zale, d'origine polonaise, surnommé "Man of Steel" (l'homme d'acier), fait vaciller Cerdan, le "bombardier marocain" (né en Algérie française, il a vécu au Maroc depuis l'âge de 6 ans). Mais peu à peu le boxeur français prend l'ascendant sur le champion du monde. Dès le 6e round il le domine clairement et, à la fin de la 11e reprise, Cerdan cueille Zale d'un crochet du droit, puis d'une gauche. L'Américain met un genou à terre et ne reprendra pas le combat. Cerdan est champion du monde.

Le lendemain, c'est dans France-Soir qu'il raconte son combat. "Cerdan câble en exclusivité à «France-Soir»: voici comment j'ai battu Tony Zale", titre sur toute la largeur de la Une le journal de Pierre Lazareff, dans son édition datée du 23 septembre. Sous le titre, le journal résume en cinq points le récit du boxeur:

"J'ai flotté au 4e round; ma droite venait de claquer.

"J'ai aussitôt fait appel à mon triplé du gauche.

"Au 8e round, j'ai compris que j'allais vaincre.

"Au 10e, Zale était à ma merci.

"Au 11e, il n'avait plus de jambes, je l'ai poursuivi à travers tout le ring. Mais le coup qui devait l'abattre ne partit qu'à la dernière seconde du round".

France-Soir publie ensuite le récit de Cerdan, qui avait fait preuve d'une grande confiance dans les jours précédant le combat et s'en explique. Le texte commence ainsi: "New York, 22 septembre (par câble). Je suis content, heureux, follement heureux, vous vous en doutez. Mais je voudrais bien savoir ce que beaucoup ont pu penser ces jours derniers avec mes câbles empreints d'une assurance qui pouvait paraître prétentieuse.

"Je suis satisfait de ne pas passer aujourd'hui à vos yeux pour un menteur ou pour un fat. J'avais conscience d'avoir tout fait pour remporter ce titre qui hante mes pensées depuis quatre ans. Je pouvais être battu; on aurait dit que je m'étais mal préparé.

"On m'aurait trouvé des défauts ou on aurait constaté des erreurs imaginaires. Moi, je savais que si Zale me battait hier soir –car il est, maintenant, trois heures du matin à New York quand je dicte ces lignes– c'eût été simplement la démonstration qu'il était plus fort que moi.

"J'ai été plus fort que lui et voilà ce que je voulais me démontrer à moi-même d'abord, aux autres ensuite".

Dans un encadré en bas de page, le titre d'un article du journaliste sportif de France-Soir confirme que Cerdan n'était pas parti favori face à Zale: "Le câble de René Dunan. On n'avait pas voulu prendre au sérieux Marcel Cerdan".

Complétée par un bandeau en trois parties en haut de page ("Spéciale illustrée. Ma victoire, par Marcel Cerdan. Exclusivités «France-Soir» 6 pages"), la Une de ce 23 septembre est illustrée de photos du combat.

Un grand cliché au milieu de la page montre un crochet du droit de Cerdan, avec cette légende: "Cerdan bombarde la face de Zale qui, déjà très fatigué, grimace de douleur".

Sur la gauche, un diaporama de six photos, sous le titre "L'œil magique a vu pour vous la minute décisive du match (exclusivités «France-Soir»)", montre les dernières secondes du 11e round. La légende raconte cette minute où tout a basculé: "Ces six photos résument d'une manière dramatique ce que fut la onzième reprise du match Cerdan-Zale, celle qui vit l'écroulement du champion du monde et la victoire de notre champion. En haut: Zale, acculé dans les cordes, est violemment attaqué par son adversaire, lequel, feintant un crochet du droit, frappe puissamment du gauche au corps. Cette attaque a été décisive et les jambes de Zale ne le soutiennent plus (photo du bas). C'est une véritable loque que l'arbitre Paul Cavalier aide à se relever".

Le retour en France de Marcel Cerdan, alors très lié à Edith Piaf depuis huit mois, sera triomphal. Le nouveau champion du monde sera accueilli par une foule en liesse dans les rues de Paris et reçu à l'Elysée par le président Vincent Auriol.

Après cette défaite, Tony Zale raccrochera les gants et Marcel Cerdan mettra son titre en jeu le 16 juin 1949 à Detroit face à Jack La Motta. Blessé à l'épaule après une chute au cours du combat, il abandonnera au 11e round et cèdera son titre à l'Américain.

La revanche, prévue en décembre au Madison Square Garden de New York, n'aura jamais lieu. Dans la nuit du 27 au 28 octobre 1949, Marcel Cerdan meurt dans l'accident de son avion assurant la liaison Paris-New York, qui s'écrase dans l'archipel des Açores avec 48 personnes à bord.

Auteur(s): Jean-Michel Comte


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La Une du 23 septembre 1948.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-