"Complément d'enquête" : Bolloré réclame 50 millions d'euros à France 2

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

"Complément d'enquête" : Bolloré réclame 50 millions d'euros à France 2

Publié le 22/07/2016 à 10:33 - Mise à jour à 10:36
©Eric Piermont/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Dénonçant une "campagne insidieuse" et une émission "totalement à charge", le groupe Bolloré a annoncé vendredi assigner France 2 en justice et réclamer 50 millions d'euros. Cela en raison de la rediffusion d'un "Complément d'enquête" consacré à Vincent Bolloré et aux activités africaines du groupe.

Le groupe Bolloré, dénonçant "une volonté avérée de lui nuire en le dénigrant gravement" à travers une émission "totalement à charge", a annoncé ce vendredi 22 qu'il réclamait 50 millions d'euros à la chaîne télévisée France 2, pour avoir rediffusé jeudi soir un Complément d'enquête consacré à son patron Vincent Bolloré.

"Afin de mettre un terme à cette campagne insidieuse et de protéger tant les intérêts de ses salariés que de ses actionnaires, le groupe Bolloré a assigné France 2 afin d'obtenir réparation devant le Tribunal de Commerce de Paris de son préjudice évalué à 50 millions d’euros", indique le communiqué.

Ce Complément d'enquête revenant sur le parcours de l'homme d'affaires breton et notamment sur les activités du groupe familial en Afrique avait été diffusé pour la première fois le 7 avril dernier. "Cette rediffusion, qui intervient quelques semaines après la diffusion de cette émission totalement à charge et tendancieuse à l'encontre du groupe Bolloré, caractérise désormais une volonté avérée de lui nuire en le dénigrant gravement", a estimé le groupe Bolloré dans son communiqué.

"Ceci porte atteinte à ses intérêts commerciaux", d'autant que l'émission "avait déjà décidé le 9 juin 2016 de revenir sur ce sujet", a souligné le groupe.

Le présentateur de l'émission, Nicolas Poincaré, avait répondu ce jour-là à des accusations de bidonnage, portées par Vincent Bolloré quelques jours plus tôt, concernant le témoignage de deux salariés adolescents d'une plantation du groupe au Cameroun qui dénonçaient leurs conditions de travail. Le journaliste avait démenti "formellement" que ces jeunes garçons mineurs aient été payés pour mentir sur leur âge dans le documentaire sur le groupe Bolloré.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Pour le groupe Bolloré, la rediffusion de l'émission "caractérise (...) une volonté avérée de lui nuire en le dénigrant gravement".

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-