Décembre 1958, l'élection de De Gaulle, les adieux de Coty (VIDEO)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Décembre 1958, l'élection de De Gaulle, les adieux de Coty (VIDEO)

Publié le 20/12/2014 à 22:50 - Mise à jour le 02/12/2017 à 15:28
©DR
PARTAGER :

Auteur(s): Jean-Michel Comte

-A +A

Le 21 décembre 1958, le général De Gaulle est élu premier président de la Ve République par un collège de grands électeurs. Deux jours plus tôt, René Coty faisait ses adieux publics lors d'une grande soirée à l'Opéra en présence de Maria Callas.

C'est le vrai retour de De Gaulle au pouvoir, le vrai départ de la Ve République. Dans son édition du samedi 20 décembre (datée dimanche 21/lundi 22), France-Soir titre: "De Gaulle élu demain Président de la Ve Republique". Le lendemain, effectivement, 81.920 grands électeurs portent à la présidence le général, revenu aux affaires quelques mois plus tôt.

Chef de la France Libre pendant la guerre puis président du Gouvernement provisoire de 1944 à 1946, De Gaulle avait ensuite laissé la place aux hommes politiques de la IVe République et s'était mis à l'écart de la vie publique. Mais le putsch d'Alger le 13 mai 1958 a précipité son retour. Nommé président du Conseil le 1er juin, il fait adopter par référendum le 28 septembre la nouvelle Constitution rédigée par Michel Debré. Celle-ci entre en vigueur le 4 octobre, date de naissance officielle de la Ve République.

Deux mois et demi après, le 21 décembre, le général de Gaulle est donc élu président par le collège des grands électeurs (parlementaires, conseillers généraux, représentants des conseils municipaux). La victoire est large et sans surprise: De Gaulle, sous l'étiquette UNR (Union pour la Nouvelle République), obtient 78,51% des voix, face à deux candidats de gauche, Georges Marrane pour le Parti communiste (13,03%) et Albert Châtelet pour l'Union des forces démocratiques (8,46%).

Le général prendra ses fonctions le 8 janvier 1959, sera réélu en 1965 (au suffrage universel direct, cette fois-ci), et restera à la tête du pays jusqu'à sa démission le 27 avril 1969.

Son élection, ce 21 décembre 1958, est tellement une formalité que France-Soir consacre la majeure partie de sa première page, dans ce numéro de la veille, à un autre événement, certes directement lié: la soirée de départ de René Coty, dernier président de la IVe République, à l'Opéra de Paris, le 19 décembre 1958.

Quatre photos, en Une, illustrent cette soirée. Sur toute la largeur de la page, un cliché montre la salle du Palais-Garnier, sous ce titre: "Paris a affectueusement acclamé le Président Coty pour sa dernière sortie officielle et fait un triomphe (16 rappels) à la Callas qui chantait à l'Opéra pour la 1ère fois".

Sous la photo, la légende précise que "debout dans sa loge, le président René Coty salue la salle tournée vers lui et d'où montent les applaudissements et les plus affectueuses acclamations".

Les trois autres photos montrent Maria Callas en train de chanter, René Coty saluant l'assistance, et les deux échangeant une poignée de mains à l'entracte. L'une des légendes des photos explique que "M. René Coty, debout dans sa loge fleurie de glaïeuls et de chrysanthèmes, a connu un vrai triomphe. Le long tonnerre des applaudissements n'a été interrompu que par les premières notes de La Marseillaise. Entourant le dernier président de la IVe, on distinguait, un peu en retrait dans l'ombre, MM. Chaban-Delmas et Debré, dauphins de la Ve".

Sous l'autre photo, France-Soir raconte qu'"à l'entracte, la Callas se rendit dans la loge du Président qui la félicita longuement: +j'aime la musique italienne, je ne l'avais jamais entendue si bien chantée+. Emue, la cantatrice posa ses deux mains sur celle que lui tendait M. Coty".

La soirée s'est terminée par "un souper de 500 convives" réunissant le tout-Paris politique et mondain et la diva, alors au summum de la gloire, a "abandonné son cachet au profit des oeuvres de la Légion d'Honneur", précise le journal.

(Voir ci-dessous la vidéo -muette- de l'INA sur les personnalités à la soirée de l'Opéra et au dîner de gala du 19 décembre 1958):

Auteur(s): Jean-Michel Comte


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La Une du 21 décembre 1958.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-