Facebook: un bouton "je n'aime pas" actuellement testé sur Messenger

Facebook: un bouton "je n'aime pas" actuellement testé sur Messenger

Publié le 06/03/2017 à 10:56 - Mise à jour à 11:09
©Dado Ruvic/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Longtemps réclamé par les utilisateurs, le bouton "je n'aime pas" ou "pouce vers le bas" est actuellement testé sur la messagerie de Facebook sur un petit échantillon d'utilisateurs. Cette option pourrait donc être prochainement ouverte aux internautes du monde entier.

Depuis toujours, Facebook permet à ses utilisateurs de "liker" des photos, vidéos ou commentaires sur le réseau social. Mais cela fait maintenant plusieurs années qu'un bouton "je n'aime pas" est réclamé par les internautes. Alors pour répondre à leurs attentes, le réseau social a trouvé bon d'ajouter il y a quelques mois des "réactions" permettant aux utilisateurs de partager leurs états d'âme. Ainsi, en maintenant la souris sur le bouton "j'aime", ils peuvent cliquer sur des émotions comme la joie, la colère, la surprise ou encore la tristesse. Selon le site Techcrunch, ces émoticônes ont été utilisées plus de 300 milliards de fois depuis leur création. 

Mais les internautes ne sont toujours pas satisfaits et le bouton "je n'aime pas" est plus que jamais réclamé. Face à la demande croissante des utilisateurs, le réseau social est actuellement en train de tester, sur un petit échantillon d'utilisateurs, une nouvelle fonctionnalité sur Messenger qui permettrait de commenter les messages privés avec des emojis. Comme sur Facebook, le pouce "j'aime" ainsi que le smiley "cœur", "mort de rire", "étonné" et "triste" font partie des possibilités.

Et à la grande surprise de tous, le "pouce dislike" a fait son apparition, l'équivalent du "je n'aime pas". "Nous essayons toujours de rendre Messenger plus amusant", a déclaré un porte-parole du réseau social à Techcrunch. Et d'ajouter: "c’est un petit test où nous permettons à des gens de partager un emoji qui représente le mieux leur sentiment à propos d’un message".

A terme, le "pouce en bas" pourrait donc être généralisé sur toutes les messageries Messenger. Mais pour l'instant, et bien qu'elle soit très demandée, l'option "je n'aime pas" n'est toujours pas envisagée sur le réseau social. En 2014, Bret Taylor, l'ancien directeur de la technologie de Facebook avait assuré qu'un tel bouton"apporterait beaucoup de choses négatives". 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Facebook est en train de tester à petite échelle des émoticônes pour commenter un message privé sur Messenger.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-