Guerre en Syrie: Nicole Ferroni finit en larmes sa chronique sur Alep (VIDEO)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Guerre en Syrie: Nicole Ferroni finit en larmes sa chronique sur Alep (VIDEO)

Publié le 14/12/2016 à 17:13 - Mise à jour à 17:24
©Capture d'écran Youtube France Inter
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nicole Ferroni, comédienne et humoriste, a évoqué ce mercredi dans sa chronique sur France Inter la guerre en Syrie et plus particulièrement la situation dramatique à Alep. Prise d'émotion, elle n'a pu retenir ses larmes. Sa chronique a fait le tour des réseaux sociaux.

Elle a pour habitude de faire pleurer de rire, mais ce mercredi 14, elle a choisi de dénoncer et ne plus du tout laisser place aux rires... ni même aux sourires. Nicole Ferroni, comédienne et humoriste française, révélée aux yeux du public dans l'émission On n'demande qu'à en rire sur France 2, a ce mercredi 14 au matin choisi de parler de la guerre en Syrie et de la situation dramatique de la ville d'Alep dans sa chronique sur les ondes de France Inter. Un sujet qui l'a fait pleurer. Ses larmes ont fait le tour des réseaux sociaux. Sur sa page Facebook, la vidéo cumule près d'un million de vues.

Elle y souligne le fait qu'il fallait manipuler la moindre information sur le sujet avec prudence car le conflit est un véritable "sac de nœuds", et il est facile de s'y perdre, de ne rien y comprendre. Pour mieux s'informer, elle explique qu'elle a choisi de suivre le compte Twitter d'un certain Hadi Alabdallah, "journaliste syrien indépendant", même si elle ne sait pas vraiment si ce qu'il dit "est propagande ou vérité".

Dans sa chronique, Nicole Ferroni cite ensuite certains des textes de Hadi Alabdallah, avec déjà une certaine émotion dans la voix: "Nous n'oublierons pas comment le monde a forcé le peuple d'Alep à choisir entre deux options: la mort collective ou l'exil massif".

Pour faire plus "concret", elle fait ensuite un parallèle avec le Guide du routard de 2006, que son père avait en poche lorsqu'il a voyagé en Syrie et en Jordanie il y a dix ans. La comédienne évoque ainsi toutes les bonnes adresses d'Alep en 2006, là où l'on trouvait les meilleures pâtisseries, les meilleurs coins pour profiter du soleil et manger, comme les plus beaux bâtiments architecturaux à admirer. "Ce n’est pas si loin que ça, la guerre, ce n’est pas un truc loin là-bas".

A la fin de son intervention, alors qu'elle parle de cette guerre "qui avale toutes les couleurs et met du noir à la place", l'humoriste ne peut plus retenir ses larmes et l'émotion l'empêche de s'exprimer. Elle parvient à se reprendre pour finir sur ce que lui disait son père quand elle était petite, et qui trouve aujourd'hui une résonnance douloureuse: "Autrefois, les hommes se mangeaient et on appelait cela du cannibalisme, et bien, un jour, peut-être que la guerre sera si loin derrière l’humanité, qu’on pourra dire que les hommes se tuaient et qu’ils appelaient cela la guerre"

(Voir ci-dessous l'intégral de la chronique de Nicole Ferroni sur France Inter).

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Nicole Ferroni a évoqué la guerre en Syrie dans sa chronique sur France Inter ce mercredi 14.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-