Les femmes de footballeurs réduites à un "cliché" selon l'une d'entre elles

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Les femmes de footballeurs réduites à un "cliché" selon l'une d'entre elles

Publié le 10/03/2018 à 15:35 - Mise à jour à 15:41
©Franck Fife/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Karine Ray, femme de l'ancien footballeur et actuel entraîneur de Valenciennes, a pris la défense des compagnes de ces sportifs de haut niveau. Pour elle, elles sont les cibles de "clichés".

Argent facile, bimbos… les femmes de footballeurs sont souvent très critiquées uniquement à cause de la profession de leur compagnon. Jeudi 8, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l'émission LeVestiaire leur donnait la parole.

Le programme de SFR Sport était entièrement dédié aux femmes de footballeurs, qui ont d'ailleurs très rarement la parole. Parmi elles, Karine Ray: la femme de Réginald Ray ancien joueur et actuel entraineur de l'équipe de Valenciennes.

A voir aussi: Femmes agents de footballeurs, le supplément dames

Psychopraticienne, Karine Ray s'inscrit loin des idées reçues dont les femmes de footballeurs sont les victimes. Elle a pris la parole en dénonçant les "clichés" dont elles faisaient l'objet et qui persistent.

"Parfois je rencontre des personnes, mais j’ai l’impression que c’est comme si je n’étais pas là. Dans une conversation on ne nous pose aucune question, on ne cherche pas à savoir ce qu’on fait, on est la femme de", a-t-elle témoigné lors de cette émission spéciale.

"On doit imaginer que la femme de footballeur ne fait rien, ça nous réduit à un cliché", a-t-elle dénoncé ensuite. Elle n'était pas la seule invitée sur le plateau puisque Julie Nivet, compagne de Benjamin Nivet mais pas seulement puisqu'elle est aussi auto-entrepreneure, était entre autre présente.

 Brisant le cliché de la femme vénale et uniquement intéressée par l'argent, Julie Nivet a d'ailleurs expliqué que lorsqu'elle avait commencé à fréquenter celui avec qui elle est depuis maintenant 21 ans, il ne lui avait pas dit qu'il était footballeur. Ce n'est qu'un peu plus tard qu'elle l'a appris en voyant une photo de Benjamin Nivet et Guy Roux.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plusieurs femmes de footballeurs ont dénoncé les clichés dont elles étaient les victimes.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-