Les groupes Facebook: un succès, une mine d'information, et de la censure?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Les groupes Facebook: un succès, une mine d'information, et de la censure?

Publié le 27/10/2020 à 09:27
© Christophe SIMON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Les groupes Facebook sont une des fonctionnalités les plus utilisées du réseau social: 1,8 milliard d’utilisateurs y ont accès au niveau mondial (28 millions en France). Ces groupes permettent de créer des espaces privés, pour partager des avis, des conseils, et trouver d'autres utilisateurs qui partagent les mêmes centres d'intérêt pour en discuter. Ces espaces sont aussi une mine d'or pour le réseau social pour collecter des informations sur les utilisateurs, tout particulièrement dans les groupes où ils se confient. Les groupes Facebook sont donc un véritable succès, autant pour les utilisateurs, que pour Facebook, qui en fait un des piliers de sa stratégie. Mais ce rôle central ne va pas sans créer des tensions: avec les polémiques récentes concernant la modération et la gestion de la désinformation, Facebook a adopté des pratiques plus strictes envers les groupes, pour éviter de perdre ce joyau.

Les groupes sont les espaces que les utilisateurs préfèrent pour se confier

Dans les groupes Facebook, les utilisateurs se retrouvent par affinités et peuvent échanger sur tous les sujets qui les passionnent. Selon une récente étude Yougov commandée par Facebook, 33 % des répondants préfèrent se confier dans ces groupes plutôt qu’auprès de leurs amis ou de leurs familles. Selon ce sondage, réalisé auprès de 15 000 personnes dans 15 pays, 86% des personnes qui se sont engagées dans des Groupes prévoit de continuer à l'avenir.
 Selon l'étude, un Français sur trois trouve que les groupes sont devenus plus importants avec la crise du Covid-19 et 60 % d’entre eux estiment que le groupe qu’il leur faut se trouve sur la plateforme.
Facebook encourage cela, et veut que ses utilisateurs parlent de leurs inquiétudes et se confient entre inconnus dans les groupes. Le sondage souligne que 91 % des répondants ont aidé moralement des membres de leurs groupes préférés au cours des derniers mois. La plateforme est en revanche très méfiante vis-à-vis des groupes qui pourraient être à l'origine de nouveaux mouvements citoyens. Ces groupes sont détectés, et subissent des formes de restrictions, voire de censure.

Les débats citoyens trop influents font peur

Des groupes Facebook peuvent rassembler autant de membres que certains partis politiques français. C’est le cas du groupe créée en mars 2020 en soutien aux professeurs Raoult et Braqui, qui a atteint 482 000 membres avant d'être suspendu par Facebook. Ses membres, aux profils variés, échangeaient et communiquaient activement sur divers sujets d'actualité autour de la crise du coronavirus. 
Mark Zuckerberg déclarait le 29 juillet lors d'une audition sur la loi antitrust  « Si quelqu'un dit que l'hydroxychloroquine est un remède contre la COVID, nous le retirerons » Ce qui peut expliquer la suppression du groupe.

Facebook préfère le partage des émotions et se méfie des groupes de débats

Pour lutter contre les propos haineux et les fake news, Facebook a réduit la visibilité de certains groupes. D'autres ont été intégralement supprimés. Mais le réseau social ne veut pas perdre les participants des ses groupes, au contraire. Facebook veut même encourager à participer à certaines discussions, avec par exemple le test de groupes publics, pour que l'utilisateur puisse interagir avec encore plus de personnes sur des groupes que la plateforme considère plutôt  inoffensifs, mais qui peuvent lui donner une masse d'informations sur les participants. Cela concerne plutôt les groupes de soutien émotionnels et d'entraide, mis en avant par la plateforme.
Pour rappel, Facebook a mis en place l’annee dernière un conseil indépendant auquel les utilisateurs peuvent faire appel lorsqu’ils désapprouvent les décisions de Facebook. Mark Zuckerberg explique : « Le conseil sera le défenseur de la communauté, soutenant le droit des personnes à la liberté d'expression et veillant à ce que nous nous acquittions de notre responsabilité de les protéger ».

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les groupes Facebook sont un véritable succès, autant pour les utilisateurs, que pour Facebook, qui en fait un des piliers de sa stratégie.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-