Les Guignols: leur émission d'adieu censurée (vidéo)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les Guignols: leur émission d'adieu censurée (vidéo)

Publié le 28/06/2018 à 08:03 - Mise à jour à 08:06
Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

"Les Guignols" (ex-"Guignols de l'info") ont diffusé leur dernière émission vendredi 22. Et même cette dernière ne s'est pas passée comme prévu pour les auteurs, une plaisanterie mordante sur Cyril Hanouna (et sur la stratégie de Vincent Bolloré) a été coupée au montage.

Rien n'aura décidément été épargné aux Guignols. L'émission humoristique a tiré sa révérence définitive vendredi 22, minée par ses audiences en chute libre depuis la reprise de Canal+ par Vincent Bolloré qui n'a jamais fait mystère de son hostilité au programme.

Et selon Puremedias, le programme satirique dont le milliardaire critiquait l'excès de dérision a connu pour sa dernière avant le clap de fin une ultime censure. Dans une saynète, les marionnettes de PPD et de Jacques Chirac viennent chercher leur solde de tout compte dans les bureaux de la "World Company" où ils sont traités avec mépris.

En partant, ils prennent un ascenseur diffusant une musique de fond. Les oreilles attentives reconnaîtront le titre diffusé: il s'agit de On va la pécho, la chanson de Cyril Hanouna pour soutenir l'équipe de France lors de la Coupe du monde.

Or, selon le média, la version du vendredi 22 n'est pas celle conçue initialement par les auteurs qui avaient prévu de faire entendre plus clairement la chanson, et de montrer un échange de regard dépité entre les deux marionnettes dans l'ascenseur.

Cyril Hanouna officie en effet sur C8, autre chaîne propriété du Groupe Canal+ (et donc de Vincent Bolloré) et son contrat particulièrement lucratif (sa société de production facture 50 millions d'euros pour Touche pas à mon poste et quelques programmes annexes) a été reconduit jusqu'en 2021.

Une manière de souligner de manière mordante la stratégie télévisuelle de Vincent Bolloré qui préfère "l'approche Hanouna" du divertissement plutôt que la satire politique. Mais cela ne leur a visiblement pas été autorisé avant l'extinction définitive des lumières.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'émission d'adieu des "Guignols" a vu une plaisanterie, pourtant guère sulfureuse, coupée au montage.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-