Maïtena Biraben contre Vincent Bolloré: l'animatrice réclame 4 millions d'euros

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Maïtena Biraben contre Vincent Bolloré: l'animatrice réclame 4 millions d'euros

Publié le 26/06/2018 à 07:17 - Mise à jour à 07:19
© VALERY HACHE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Maïtena Biraben, qui a été renvoyée de la présentation du "Grand journal" de Canal+ en 2016, poursuit son ex-employeur devant les prud'hommes. Et la somme demandée est pour le moins conséquente.

Le procès devant les prud'hommes qui devrait se tenir à une date encore inconnue s'annonce "musclé". L'animatrice Maïtena Biraben réclame à Canal+, et à son propriétaire Vincent Bolloré, la coquette somme de quatre millions d'euros pour son éviction brutale du Grand journal à l'été 2016.

Petit retour en arrière: arrivée sur la chaîne cryptée en 2004, l'animatrice franco-suisse gravit les échelons jusqu'à obtenir la présentation du Grand journal, le principal talk-show de la chaîne à la rentrée 2015. Mais les audiences du programme phare de Canal+ sont en chute libre et Maïtena Biraben est critiquée pour son style parfois maladroit. Au bout d'une saison, elle est remerciée. Le Grand journal, lui, tiendra encore un an avant de disparaître.

Or, Maïtena Biraben a officiellement été licenciée pour "faute grave" et non pas pour ses résultats d'audience. Son contrat de travail prévoyait en effet de conséquentes indemnités de rupture sauf en cas de démission ou de faute. Ses employeurs ont-ils alors justifié une faute imaginaire pour éviter de lui payer les indemnités qu'ils auraient dû verser s'ils avaient renvoyé l'animatrice à cause de ses scores d'audience? C'est ce que pense Maïtena Biraben.

Lire aussi: Dernière émission pour Les Guignols, dans l'indifférence

Dans le détail, celle qui officie maintenant sur RMC demande 2,55 millions d'euros d'indemnités contractuelle, 1,01 million pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et 500.000 euros au titre du préjudice moral.

Lundi 25, une audience de conciliation s'est tenue devant le conseil des prud'hommes de Boulogne dans les Hauts-de-Seine. Les deux parties ne sont pas parvenues à un accord.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Maïtena Biraben réclame d'importantes indemnités.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-