Manuel Valls dans "ONPC": les moments forts de l'émission (VIDEO)

Manuel Valls dans "ONPC": les moments forts de l'émission (VIDEO)

Publié le 17/01/2016 à 09:58 - Mise à jour à 10:02
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Pour la première fois, un Premier ministre en exercice était l'invité politique de l'émission "On n'est pas couché", diffusée vendredi soir sur France-2. Face aux chroniqueurs Léa Salamé et Yann Moix, Manuel Valls a défendu la déchéance de nationalité s'opposant en parallèle à une primaire à gauche. Le chef du gouvernement s'est également accroché, gentiment, avec l'humoriste Jérémy Ferrari.

Pendant 90 minutes, Manuel Valls a tenté de convaincre. Invité samedi soir de l'émission On n'est pas couché, le Premier ministre s'est employé à défendre, pendant une bonne partie du programme, la déchéance de nationalité qu'il présentera lui-même devant le parlement, une mesure toujours autant contestée par les responsables politiques. "C'est très important de marquer quelque chose de définitif entre ces français qui s'attaquent à ce que nous sommes et de leur dire vous ne faites plus partie de notre République. (…) Je crois à la force des symboles", a-t-il notamment assuré précisant qu'il ne s'agissait "pas de cibler les binationaux" mais "des hommes et des femmes qui tuent".

A ce sujet, l'émission a également été marquée par l'intervention de l'académicien Jean d'Ormesson, lui reprochant sa "droitisation". "Monsieur le Premier ministre, vous avez un grand talent mais quelques fois je me demande s'il n'y a pas une ombre d'enfumage. Je me demande si vous ne voulez pas changer de majorité. (…) Toute la France s'est droitisée". En réplique, Manuel Valls a tenté de se montrer clair: "je suis de gauche, je suis républicain, et, par ailleurs, je ne pense pas qu'être de droite est une insulte". Interrogé ensuite sur l’opportunité d’une primaire à gauche, Manuel Valls a déclaré qu'il était contre, estimant que François Hollande était le "candidat naturel". "Je pense que le président de la République sortant n'a pas à se soumettre à une primaire", a-t-il confié.

Enfin, alors que la fin d'émission approchait, l'humoriste Jérémy Ferrari s'est adressé au Premier ministre, reprochant le soutien du gouvernement au gabonais Ali Bongo qu'il a qualifié de "dictateur". Pour lui, il n'aurait jamais dû défiler lors de la marche républicaine du 11 janvier, en hommage aux morts de Charlie Hebdo, a-t-il expliqué avant de mettre en cause la politique française.

"Vous avez dit qu’on était en guerre. Non, non, non. Vous, vous êtes en guerre, nous, on se fait tirer dessus quand on va voir des concerts. Vous êtes en guerre, vos décisions à l’international sont en guerre, pas nous". Ce à quoi le Premier ministre a répondu: "l'honneur de la France, c'est que vous puissiez m'interpeller, que vous puissiez débattre (…). On se bat pour garder cette liberté de ton".

(Voir ci-dessous l'intervention complète de Manuel Valls dans "ONPC"): 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manuel Valls a défendu fermement la déchéance de nationalité lors de son passage à l'émission "ONPC".

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-