Miss France: 30 prétendantes sous les critiques des féministes

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Miss France: 30 prétendantes sous les critiques des féministes

Publié le 17/12/2016 à 12:42 - Mise à jour à 12:43
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Miss France 2016, la Lilloise Iris Mittenaere, remet ce samedi soir son titre de reine de beauté en jeu. Ce sont 30 jeunes femmes de 18 à 24 ans qui vont se le disputer, devant les yeux des associations féministes qui crient au "ringardisme" et aux stéréotypes.

Qui sera la nouvelle Miss France? 30 candidates de 18 à 24 ans espèrent succéder ce samedi 17 au soir à Montpellier à Iris Mittenaere pour le titre de reine de beauté 2017, un concours dénoncé par les féministes qui le jugent "ringard" et "stéréotypé".

Après deux années de succès, la région des Hauts-de-France remet son titre en jeu. Si une Nordiste succède à Iris Mittenaere, une Lilloise de 23 ans, la région établira un record historique pour le concours.

L'association Osez le féminisme!, pour qui le concours représente "la ringardise la plus vive", s'est inquiétée auprès de l'AFP du modèle véhiculé par Miss France, dénonçant "des stéréotypes physiques irréels, sans compter le culte de la pureté avec des concurrentes sans petits amis. Cette mise en concurrence à une heure de grande écoute, entraîne beaucoup de souffrance pour d'autres femmes qui ne font pas 1,75 m pour 50 kilos", a commenté Claire Serre-Combe, porte-parole de l'association féministe.

"Il est très curieux qu'en 2016, on éprouve encore le besoin de mettre en concurrence des femmes non pas sur des critères intellectuels ou de mérites, mais sur des critères purement physiques", a-t-elle ajouté.

TF1, qui diffuse le concours en exclusivité, promet un univers "féérique et spectaculaire" pour cette édition. Le jury, présidé par la comédienne Arielle Dombasle, sera composé d'Ingrid Chauvin, Michèle Bernier, de l'ancienne Miss France Malika Ménard, du chanteur Amir, de Christophe Barratier et du boxeur médaillé d'Or aux J0 2016, Tony Yoka.

Toujours présenté par Jean-Pierre Foucault, le show de belles robes, paillettes et petites larmes sera cette année placé sous le signe de Noël.

"On va faire péter les paillettes!", a annoncé la productrice de la cérémonie, Caroline Gavignet. L'an dernier, l'élection avait été suivie par 8,1 millions de téléspectateurs, une des meilleures audiences de l'année.

A égalité, le jury et les téléspectateurs désigneront les cinq finalistes parmi 12 candidates sélectionnées par les organisateurs. Les téléspectateurs auront toutefois le dernier mot pour désigner la lauréate et ses deux dauphines, en votant par téléphone et SMS.

Osez le féminisme! a invité TF1 "à programmer un concours basé sur des femmes remarquables qui agissent contre la pauvreté et l'exclusion". Ce à quoi Syvlie Tellier, Miss France 2002 devenue directrice générale de la société organisatrice, a répondu que les candidates "agissent aussi pour améliorer la condition féminine". "En somme, Osez le féminisme! et la société Miss France partageraient le même combat? Bien évidemment, non", a répondu l'association féministe.

"Toutes les jeunes femmes qui s’apprêtent à concourir devant les caméras valent beaucoup mieux que l’écharpe et le diadème. Les femmes n’ont pas à se plier à un concours de beauté pour définir leur valeur. Elles seules la définissent", ajoute-t-elle.

Cette année le concours sera sans "guerre des miss": après plus de 60 ans de règne, la "dame au chapeau" Geneviève de Fontenay a annoncé au début de l'année qu'elle "tournait définitivement la page des miss". Celle qui avait soutenu la création du concours dissident Miss Prestige national a décidé de ne plus assister à cette compétition dont la médiatisation ne reposait que sur son parrainage.

Après plusieurs années de conflit sur l'éthique de la cérémonie, la société Miss France et Geneviève de Fontenay ont enterré la hache de guerre en 2013, signant un pacte de non agression, avec abandon des procédures judiciaires qui les opposaient.

Miss France a été créé en 1920 par le journaliste mondain Maurice de Waleffe.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Iris Mittenaere remet ce samedi soir son titre de Miss France en jeu.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-