Non, Anelka n'a pas traité Domenech de "fils de p***" en 2010 (vidéo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Non, Anelka n'a pas traité Domenech de "fils de p***" en 2010 (vidéo)

Publié le 04/06/2018 à 14:53 - Mise à jour à 15:09
©Ivan alvarado/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Raymond Domenech a révélé dimanche après-midi, dans un documentaire sur Canal+, que Nicolas Anelka ne l'avait pas insulté le 17 juin 2010, pendant la Coupe du Monde en Afrique du Sud. Provoquant par la suite la fameuse grève des joueurs et l'incident du bus de Knysna.

Il lui a manqué de respect en le tutoyant devant tout le vestiaire. C'est ce que retient Raymond Domenech, à propos de l'incident avec Nicolas Anelka à la mi-temps de France-Mexique, pendant la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud.

Il assure que jamais l'ancien joueur du PSG ne lui a dit "va te faire enculer, sale fils de pute", propos injurieux retranscrits en Une de L'Equipe le lendemain de la défaite face au Mexique (0-2, lors du deuxième match de poules).

Tout le monde parle encore aujourd'hui de l'épisode du bus, quand les joueurs, en conflit avec leur sélectionneur, ont fait la grève et ont refusé de descendre s'entraîner.

La première étape de ce psychodrame, qui a marqué, et choqué, des générations de supporters (et sans doute de footballeurs), s'est donc joué dans les vestiaires, ce soir du 17 juin 2010.

Lire aussi: quand Booba se moque du fils de Benzema, ça parle encore de foot et d'équipe de France

Dans un documentaire consacré aux sélectionneurs, diffusé sur Canal+, dimanche 3, Raymond Domenech est revenu huit ans après sur cet épisode très noir du football français.

"Il n’a pas dit ce qui a été écrit dans les journaux, c’est une certitude", a ainsi déclaré face caméra le sélectionneur de l'époque.

"À la mi-temps, je lui dis: «Nico, ce que je veux, c’est que tu ailles dans la profondeur. On est 10 sur le banc, on a tous vu que tu n’y allais pas». «Oui mais c’est toujours moi». «Oui, c’est bien toi qui joues là». Là, il a ses chaussures à la main. En se tournant et en jetant ses chaussures, il dit: «tu n’as qu’à la faire, ton équipe de merde». Je lui ai dit: «tu as raison, tu sors». Je dis à Gignac de s’échauffer", a-t-il ainsi raconté.

Pas d'insulte donc, mais un tutoiement mal placé et "un manque de respect de la fonction" de sélectionneur qui ne pouvait être toléré selon Raymond Domenech. D'où la porte de sortie grande ouverte pour Nicolas Anelka.

Cette version est plus édulcorée que celle qu'il avait écrite lui-même dans son livre Tout seul en 2012, où il disait que le footballeur lui avait lancé: "Enculé, t’as qu’à la faire tout seul ton équipe de merde! J’arrête moi".

Difficile avec le temps d'oublier totalement ces moments-là, mais difficile aussi de savoir exactement ce qui s'est dit et ce qui s'est passé durant ces fameuses 15 minutes, qui ont jeté un voile de disgrâce sur l'image des Bleus.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Raymond Domenech, sélectionneur de l'équipe de France en 2010, a assuré dans un documentaire que Nicolas Anelka ne l'avait jamais insulté dans les vestiaires de France-Mexique.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-