"On n'est pas couché": Olivia Ruiz revient sur son calvaire à la "Star Academy"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

"On n'est pas couché": Olivia Ruiz revient sur son calvaire à la "Star Academy"

Publié le 20/02/2017 à 17:39 - Mise à jour à 17:55
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", Olivia Ruiz est revenue samedi soir sur son expérience de la "Star Academy". La chanteuse, interprète de "La Femme Chocolat", a expliqué avoir vécu une période douloureuse déplorant au passage le manque d'accompagnement psychologique à la sortie.

Les langues se sont déliées. Invitée d'On n'est pas couché, samedi 18, Olivia Ruiz a raconté à Laurent Ruquier l'envers du décor de la Star Academy, ancienne émission musicale diffusée sur TF1. "TF1 disait qu'on ne ferait pas de la téléréalité comme M6 avec le Loft. Finalement, au bout de trois semaines, c'est un tel bide (...) parce qu'ils ne montrent que les cours de danse et de chant, qu'ils commencent à filmer dans la salle de bains", a-t-elle raconté sur le plateau tout en reconnaissant que le show lui avait tout de même permis de lancer sa carrière. Elle a toutefois expliqué qu'elle ne se serait "jamais" inscrite si elle avait vu la Star Academy 1.

L’interprète de La Femme Chocolat a donc mal vécu cette expérience, dénonçant au passage la production et la manière dont été traités les candidats. "A un moment donné, toutes les filles avaient pris du poids. Moi, j'étais la seule qui était à peu près stable. On m'a emmenée chez l'habilleuse. Il y avait une tenue. Ce n'était pas une tenue, c'était un maillot de bain. Tout le monde avait fait en sorte que je n'ai que cette tenue à ma taille. J'ai dû entrer sur le plateau, en larmes, avec un truc qui me cachait à peine le sexe et le bout des seins", a-t-elle notamment expliqué.

La demi-finaliste de la saison 1 a également déploré le manque d'accompagnement psychologique à la sortie de l'émission: "j'ai vu certains de mes collègues sombrer, aller dans des hôpitaux, parce qu'on nous dit qu'on est formidables, mais on n'a rien fait pour être formidables. C'est pas chanter un morceau le samedi soir et n'être investi dans aucun travail de prod' qui justifie ce fanatisme. C'est tout ça qui me pesait".

(Voir ci-dessous la vidéo du passage d'Olivia Ruiz dans l'émission On n'est pas couché):

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"J'ai vu certains de mes collègues sombrer, aller dans des hôpitaux", a déclaré Olivia Ruiz.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-