"ONPC": Vanessa Burggraf hilare quand elle parle des licenciements à Philippe Poutou, malaise sur les réseaux sociaux (VIDEO)

"ONPC": Vanessa Burggraf hilare quand elle parle des licenciements à Philippe Poutou, malaise sur les réseaux sociaux (VIDEO)

Publié le 27/02/2017 à 10:21 - Mise à jour à 12:52
©Capture d'écran
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Philippe Poutou était invité sur le plateau d"On n'est pas couché", l'émission du samedi soir sur le service public. Et l'interview de Vanessa Burggraf a tourné au gênant lorsque la chroniqueuse a multiplié les rires intempestifs au moment de parler des licenciements.

La scène a fait beaucoup rire les chroniqueurs et participants de l'émission On n'est pas couché. Philippe Poutou beaucoup moins. Et une partie des spectateurs a exprimé sa franche consternation sur les réseaux sociaux.

La cause de la polémique? Alors que le candidat à la présidentielle Philippe Poutou, du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), répondait samedi 25 aux questions de Vanessa Burggraf, cette dernière a été prise d'un fou rire étrange au moment de parler des licenciements. En effet, écorchant une première fois sa question sur la position du candidat Poutou ("Comment est-ce qu'on impose à un patron... euh, les licenciements?") qui souhaite les interdire, la chroniqueuse a repris a plusieurs reprises sa question en riant systématiquement. Yann Moix, Michel Cymes, et surtout Nicolas Bedos s'amusant à la déconcentrer pour relancer son hilarité.

Philippe Poutou a tenté de faire bonne figure lors de cette séquence pour le moins gênante. Souriant vaguement, il a ensuite montré son agacement face aux rires qui reprenaient systématiquement, empiétant au passage sur son temps de parole. Après avoir demandé, un sourire crispé, si la séquence serait coupée au montage, il a finalement lancé un "Je peux répondre moi? J'ai compris". 

Sur les réseaux sociaux, de très nombreux commentaires ont pointé du doigt ce qui apparaissait comme un "mépris de classe"

D'autres ont souligné que cette séquence revient à humilier Philippe Poutou, sous prétexte qu'il serait un "petit candidat".

(Voir ci-dessous la vidéo de l'hilarité sur le plateau d'On n'est pas couché, au moment d'aborder la question des licenciements)

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Vanessa Burggraf a eu du mal à retenir son hilarité sur la question des licenciements.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-