Paris Games Week: les élèves de l'EPSI en compétition

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faite un don !

Paris Games Week: les élèves de l'EPSI en compétition

Publié le 28/10/2015 à 12:00 - Mise à jour à 17:21
©EPSI
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Victor Lefebvre
-A +A

La Paris Games Week a accueilli ce mercredi la finale de l'EPSI Ligue, une compétition de jeux vidéo pour les étudiants de l'école d'ingénierie EPSI. Son directeur Laurent Lespine explique à "FranceSoir" pourquoi il a proposé un tel projet aux élèves.

Proposer à des étudiants de se démarquer en jouant à des jeux vidéo n'est pas la première idée qu'on se fait d'une formation. C'est pourtant le choix qu'a fait l'école d'ingénierie informatique EPSI, en organisant entre ses campus un tournoi de League of Legends dont la finale a eu lieu ce mercredi 28 lors de la Paris Games Week (PGW). Un choix original qui permet aux élèves de mettre en pratique leurs connaissances et compétences dans un milieu qu'ils connaissent, selon le directeur Laurent Lespine.

Pourquoi avoir mis en place des équipes de gamers qui s'affrontaient lors de la PGW?

"La Paris Games Week est le support de la fin de l'EPSI Ligue, un championnat interne et entre huit campus (remporté ce mercredi par celui de Lyon face à Arras par deux manches à zéro, NDLR). Chaque campus a, avec des sélections internes, déterminé une équipe de gamers.

"Ce n'est pas toujours évident de présenter le jeu vidéo de manière positive. L'e-sport dans le monde et en France se développe de plus en plus, à l'instar des champions présents sur la Paris Games Week, qui sont des gens complètement équilibrés, dont le métier est d'être sportif de haut niveau.

"Nous avons pris cette décision car quasiment tous nos élèves sont des joueurs plus ou moins professionnels ou amateurs. On retrouve au travers du jeu vidéo des compétences attendues dans le monde professionnel: la maîtrise, l'esprit d'équipe, la conduite d'un projet, l'entraînement. On aurait pu les retrouver au travers de sports traditionnels, mais l'environnement dans lequel nous évoluons nous a permis de faire ce clin d'œil à l'e-sport".

Quel impact le développement du secteur du jeu vidéo et de l'e-sport peut avoir sur la formation?

"L'intégration d'un module e-sport, on n'en est pas encore là. Ça pourrait être le cas un jour, ça l'est déjà dans certaines universités notamment aux Etats-Unis. Pour l'instant on est sur une approche par campus, une compétition sympathique dans laquelle les jeunes peuvent mettre en pratique les connaissances qu'ils ont acquises en cours. On va quand même faire un large focus sur quelques années et modules au travers de sujets comme les addictions dont peut faire partie le jeu vidéo.

"Le secteur du jeu vidéo est en croissance mais n'est pas forcément un des premiers secteurs qui recrutent. Beaucoup de nos élèves viennent nous voir en disant: +j'ai envie travailler dans le monde du jeu vidéo+. C'est un point d'entrée, pas forcement le métier d'arrivée. Quelques uns arrivent à percer en France ou aux Etats-Unis. Dès la première semaine de la première année, nous proposons aux jeunes en sortie de Bac le développement d'un jeu vidéo".

Que représente pour votre école et vos étudiants le fait de participer à la PGW?

"Pour nous c'est une visibilité, mais c'est surtout l'occasion de mettre à l'honneur des campus et des jeunes. Ce n'est pas un endroit où on va présenter les écoles. Le but recherché est d'offrir une scène pour nos campus pour qu'ils puissent mettre en avant leurs compétences.

"Ils se préparent comme pour une vraie rencontre sportive, ils sont coachés. La finale dure deux ou trois heures, il faut rester concentrer. Pour une équipe ce n'est pas si évident que ça, surtout devant 4.000 à 5.000 personnes. C'est pouvoir travailler dans des conditions de stress complètement différentes de celles qu'ils ont pu rencontrer".

 

Auteur(s): Victor Lefebvre

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les étudiants de l'EPSI s'affrontent en finale de "League of Legends" lors de la Paris Games Week.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-