Pérou: des milliers de tortues relâchées se précipitent dans l'Amazone (VIDEO)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Pérou: des milliers de tortues relâchées se précipitent dans l'Amazone (VIDEO)

Publié le 07/11/2016 à 15:22 - Mise à jour le 10/11/2016 à 09:34
©Capture d'écran/Youtube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Afin de préserver l'espèce, près de 17.000 bébés tortues Taricaya ont été relâchés au Pérou dans le fleuve Amazone. Un premier lâcher réalisé par les membres de l'organisme SERNANP dans le cadre d'un sauvetage d'espèces en danger.

Près de 17.000 bébés tortues Taricaya ont retrouvé leur liberté au cours du week-end du 29 octobre. Les membres de l'organisme SERNANP ont relâché les tortues dans le fleuve Amazone au Pérou, un lâcher réalisé dans le cadre d'un programme de sauvetage des espèces en danger.

Les bénévoles de l'agence ont été chargés durant le mois d'août de récolter les œufs et de suivre leur éclosion. Ensuite, ils ont libéré les bébés tortues qui ont entamé leur course jusqu'à leur nouveau bassin.

Les tortues vivaient autrefois en nombre le long de l'Amazone, avant que leur population ne décline à cause du développement et de l'exploitation intensive dans la forêt amazonienne. Leur nombre a diminué, et les tortuesTaricaya tachetées sont devenues une espèce menacée, a rappellé la Fondation Ensemble.

Le lâcher a été effectué dans la réserve nationale de Pacaya-Samira et s'est inscrit comme étant le premier d'une série, puisqu'au total, 500.000 tortues seront remises en liberté d'ici le 15 novembre. Le gouvernement péruvien espère que ces lâchers permettront aux tortues de se reproduire et de préserver l'espèce pouvant vivre jusqu'à l'âge de 70 ans.

L'institution SERNANP est en charge des zones naturelles protégées par l'État. Elle effectue son travail en lien avec les gouvernement régionaux. Sur son site (lien en espagnol), SERNANP a expliqué sa mission consistant à surveiller les zones naturelles protégées, et a rappelé l'importance du projet de sauvetage des espèces en danger, le qualifiant d'"icône" et d"'emblème" pour la conservation de la vie des générations futures. 

(Voir ci-dessous le lâcher de bébés tortues Taricaya)

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les tortues étaient autrefois en abondance le long de l'Amazone, avant de souffrir à cause du développement et de l'exploitation intensive dans la forêt amazonienne.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-