Pokémon Go: le village de Bressolles, dans l'Ain, interdit le jeu sur le territoire de la commune

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Pokémon Go: le village de Bressolles, dans l'Ain, interdit le jeu sur le territoire de la commune

Publié le 15/08/2016 à 09:23
©Capture d'écran Youtube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le maire de la commune de Bressolles dans l'Ain a pris un arrêté interdisant de jouer à Pokémon Go sur le territoire de la commune. D'après le maire, le jeu entraîne des comportements irresponsables et créerait une "addiction" auprès de la jeunesse.

Il n’y a pas que la Corée du Nord, la Chine ou l’Iran qui ne veulent pas entendre parler de Pokémon Go sur leur territoire. Il y a maintenant aussi Bressolles, petite commune de l’Ain, d’un peu plus de 800 habitants dans canton de Meximieux.

Le maire de la commune Fabrice Beauvois a en effet pris un arrêté municipal interdisant la présence sur le territoire de la commune de Pikachu et consorts. L’arrêté pointe en effet "le danger que constitue la recherche de personnages +Pokémon+ par l’inattention des piétons et conducteurs de véhicules". Mais le maire veut aussi défendre la jeunesse de son village contre "l’addiction dangereuse que représente ce jeu vis-à-vis des jeunes populations". Pire encore, Pokémon Go serait un jeu à risque élevé pour la paix sociale de Bressolles puisque l'application "favorise en soirée et la nuit la constitution de groupes dont il convient de prévenir l’émergence".

L’arrêté a d’ailleurs été envoyé à San Franciso pour que la société Nantic, développeuse du jeu et grande gagnante du succès phénoménal de Pokémon Go, en prenne acte. La société n’ a pour l’instant pas réagi à l’initiative du maire.

Sans aller jusqu’à l’ensemble d’une commune, certains lieu ont déjà exigé que Niantic bannisse la possibilité d’attrapper des Pokémon en leur sein, ou que s'y constitue une "arène" (lieu où plusieurs joueurs peuvent faire se mesurer leur créatures collectées et améliorées). L’ossuaire de Douaumont, lieu de recueillement en hommage à la bataille de Verdun qui a eu lieu lors de la Première Guerre Mondiale en a été un exemple récemment médiatisé.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'arrêté souligne "l’addiction dangereuse que représente ce jeu vis-à-vis des jeunes populations"

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-