Pour Eugénie Bastié, "une main aux fesses n'a jamais tué personne" (vidéo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Pour Eugénie Bastié, "une main aux fesses n'a jamais tué personne" (vidéo)

Publié le 24/09/2018 à 12:56 - Mise à jour à 12:59
©Capture d'écran
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Eugénie Bastié s'est justifiée ce lundi matin sur certains propos tenus dans son livre "Le porc émissaire, terreur ou contre-révolution" et notamment la phrase: "Une main aux fesses n'a jamais tué personne". Elle a également dénoncé les dérives du mouvement #MeToo.

Eugénie Bastié, journaliste du Figaro dont les prises de position et les déclarations sur le féminisme ont souvent provoqué des polémiques et des débats animés, a justifié ce lundi 24 au matin sur France Inter certains de ses propos, qu'elle a écrits dans son livre Le porc émissaire, terreur ou contre révolution.

Elle a notamment expliqué ce qu'elle entendait par "une main aux fesses n'a jamais tué personne". Pour elle, il faut "hiérarchiser" les violences et ne pas mettre au même niveau une main aux fesses et un viol.

"Je m'érige contre la victimisation excessive, qui à mon avis est une régression car on considère dans une frange du mouvement #MeToo que la femme doit être traitée comme un enfant, qu'elle est innocente a priori. C'est une régression quasiment victorienne. Il faut hiérarchiser les violences. Il est urgent de combattre les violences physiques faites aux femmes, mais dans ce mouvement qui met dans le même sac la main aux fesses en allant jusqu'au viol, on finit par ne plus hiérarchiser", a-t-elle ainsi expliqué à Léa Salamé, qui l'interviewait.

Précédemment: Pascal Praud et Eugénie Bastié vertement tancés par Clément Viktorovitch sur CNews

La journaliste de 26 ans a également mis en garde contre les dérives du mouvement #MeToo, qui a, selon elle, instauré "un climat détestable de suspicion généralisée entre les sexes", et qui pose même question au niveau légal: "La libération de la parole autorise toutes les dérives et le bazardement de l'État de droit".

Et aussi:

Sean Penn se méfie de #MeToo, qui "divise les hommes et les femmes"

#MeToo: les femmes "faibles" dénoncent leurs agresseurs? Lindsay Lohan s'excuse

"Qu'est-ce qui se passe quand on a dit #MeToo"?

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dans son livre, Eugénie Bastié dit: "Une main aux fesses n'a jamais tué personne".

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-