Station spatiale internationale: Thomas Pesquet publie une photo de Homs, ravagée par six ans de guerre en Syrie

Station spatiale internationale: Thomas Pesquet publie une photo de Homs, ravagée par six ans de guerre en Syrie

Publié le 19/05/2017 à 10:52 - Mise à jour à 10:59
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Thomas Pesquet a publié sur son compte Twitter un photo de la ville martyrisée de Homas en Syrie, vue depuis l'espace. La ville porte les affres des durs combats qui y ont opposé l'armée fidèle au régime de Bachar al-Assad aux rebelles lors d'un long siège qui dure depuis 2011.

Depuis son arrivée sur la Station spatiale internationale (ISS) en novembre dernier, le spationaute français Thomas Pesquet distille sur son compte Twitter des photos de la Terre prisent depuis l'espace. Elles sont nombreuses à célébrer la beauté des paysages de notre planète, certaines montrent également de grandes métropoles, ou dénoncent les ravages de l'activité humaine sur l'environnement.

Jeudi 18, Thomas Pesquet a choisi de présenter un autre aspect de l'humanité: celle de la guerre. Le spationaute a publié sur son compte Twitter une photo de la ville syrienne de Homs, ravagée par six ans de guerre civile. "Homs foudroyée par la guerre en Syrie. Oui, la folie meurtrière des hommes se voit même de l’espace", a sobrement légendé Thomas Pesquet.

La ville porte les affres des combats qui y ont opposé l'armée fidèle au régime de Bachar al-Assad aux rebelles lors d'un long siège qui dure depuis 2011. Au mois d'avril, le dernier quartier occupé par les insurgés, al-Waer, a commencé à être évacué en vertu d'un accord entre les deux camps patronné par la Russie qui soutient le régime de Damas.

La guerre en Syrie et son lot des massacres et d'exactions, est entrée dans sa septième année. Le conflit a fait plus de 320.000 morts et jeté des millions de Syriens sur les routes.

Le 3 mai dernier, Thomas Pesquet évoquait sur Twitter le "pincement au coeur" qu'il aurait au moment de quitter sa "maison de l'espace". La confirmation, par l'Agence spatiale européenne, d'un retour sur Terre reporté au 2 juin, soit dix-neuf jours de plus que ce qui était initialement prévu, a donc de quoi enchanter le spationaute français.

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La ville porte les affres des combats qui y ont opposé l'armée fidèle au régime de Bachar al-Assad aux rebelles.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-