Stéphane Guillon viré de C8 après des frictions avec Vincent Bolloré et Cyril Hanouna (vidéo)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Stéphane Guillon viré de C8 après des frictions avec Vincent Bolloré et Cyril Hanouna (vidéo)

Publié le 26/06/2017 à 15:04 - Mise à jour à 15:11
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Canal+ aurait décidé de se séparer de Stéphane Guillon, chroniqueur intempestif sur l'émission de Thierry Ardisson "Salut les terriens". Il avait publiquement critiqué Vincent Bolloré, président du conseil de surveillance du groupe Canal+, cette saison, et s'était querellé avec Cyril Hanouna.

"Il est viré". Selon puremedias.com, qui a révélé l'information ce lundi 26, Stéphane Guillon aurait été évincé de l'émission de Thierry Ardisson Salut les terriens, et de C8, suite aux critiques ouvertes qu'il avait faites de Vincent Bolloré, président du conseil de surveillance du groupe Canal+, ainsi que les différents qu'il avait (et a toujours) avec Cyril Hanouna.

Une personne proche de la production aurait donc confié à puremedias.com que la direction du groupe avait décidé de se séparer du volubile chroniqueur, qui est en délicatesse avec Vincent Bolloré, dont il a dénigré la stratégie et la gestion du cas Jean-Marc Morandini, depuis plusieurs mois.

Il avait notamment déclaré dans C à vous sur France 5 en octobre dernier que "ce n'est pas parce que vous achetez quelque chose que vous avez le droit d'en faire n'importe quoi".

Ses clashs avec Cyril Hanouna sont cependant allés plus loin. Le présentateur de Touche pas à mon poste avait pris la défense de Vincent Bolloré, et avait fini par dévoiler le salaire de Stéphane Guillon à l'antenne, mettant de l'huile sur le feu. Et lançant les hostilités sur les réseaux sociaux. Pas au moins du conflit qui lie Hanouna à Arthur, mais presque…

L'humoriste avait ensuite dit de Cyril Hanouna qu'il était le "Kim Jong-il de C8 (…) qui n'aime pas qu'on lui résiste". Thierry Ardisson avait bien tenté de défendre son chroniqueur contre vents et marées, mais cela n'aura duré qu'une saison puisque la sanction devrait s'appliquer à partir de la rentrée prochaine. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Stéphane Guillon avait notamment déclaré dans "C à vous" sur France 5, contre Vincent Bolloré, en octobre dernier que "ce n'est pas parce que vous achetez quelque chose que vous avez le droit d'en faire n'importe quoi".

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-