Télévision : au cœur de la première police municipale de France

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Télévision : au cœur de la première police municipale de France

Publié le 23/03/2021 à 14:09 - Mise à jour le 01/04/2021 à 15:08
DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Durant plus de trois mois, une équipe de télévision a été autorisée à suivre les policiers municipaux de Marseille. Forte de ses 500 éléments, c’est en effet la première de France en termes d’effectifs. Avec, bien sûr, un terrain parmi les plus difficiles du pays.

Mise à jour 1er avril : les deux épisodes sont disponibles en replay sur "mycanal" 

Les 24 et 31 mars 2021, seront diffusés en prime time sur C8 les deux volets du documentaire en immersion avec la police municipale de Marseille, dans le cadre du magazine « Enquête sous haute tension » présentée par Carole Rousseau.

C’est le journaliste réalisateur Rabah Aït-Hamadouche qui a mené l’enquête durant plus de 100 jours. Cet ancien grand reporter aux JT de TF1 a su se fondre dans les différentes brigades, de jour comme de nuit, pour tirer la substantifique moelle du travail à haut risque de ces policiers armés depuis 2005 : « C’est avant tout une aventure humaine incroyable,  car il faut gagner la confiance de ces professionnels de l’ordre, puis se faire oublier par eux pour pouvoir aux moments clés ne rien rater de l’action. Bien entendu, il ne pas oublier de mettre ces interventions en perspective, les conceptualiser, les expliquer. »

Et parmi les moments chocs qui ont marqué le réalisateur pourtant aguerri, il y a ce règlement de compte en pleine soirée : « Avec le cameraman, nous sommes arrivés parmi les premiers sur les lieux du drame. Juste après les pompiers qui étaient encore en train de prodiguer à même le sol les gestes de réanimation sur la victime criblée de balles. Le plus dur, les cris déchirants de la famille  quand la nouvelle du décès a été confirmé. » Une séquence-choc à retrouver dans le film.

« L’ironie du sort, c’est qu’on a malheureusement quasiment assisté à une mort en direct mais aussi filmé le sauvetage d’un noyé. Les policiers municipaux, sont en permanence sur le terrain et bien souvent, j’en ai été témoin, sont les anges gardiens de la cité phocéenne » précise Rabah Aït-Hamadouche.

Et parmi les séquences fortes inhérentes à ce type de documentaire, des rixes et des agressions bien sûr, avec une constante : l’augmentation manifeste des violences gratuites mais aussi l’explosion du port d’armes blanches : « Avec ces films, je pense que les téléspectateurs vont se rendre compte du danger permanent auquel sont confrontés les policiers municipaux. Des policiers qui procèdent à plus de 1400 interpellations chaque année ».

Miroir sociologique, ce film aborde également la misère sociale très présente dans la cité phocéenne où un quart de la population vit avec un revenu disponible inférieur à 1.000 euros par mois. Notamment des cas de violence conjugale, de vols pour trouver sa subsistance, ou de SDF désespérés en pleurs qui interpellent les forces de l’ordre. Autant de passages notables que le documentaire offre à voir.

Ce film produit par Electron Libre Productions (groupe Mediawan) dessine, en deux volets de 90 minutes, une formidable galerie de portraits : de Fred le motard, qui partage son temps entre sa vie de sapeur-pompier et celle de policier, à Marina la policière engagée pour la cause des femmes, en passant par Stéphane le scooteriste zen, ou encore Mehdi le chef de la nuit, champion de MMA, et Romain, le vététiste consciencieux... Autant de passionnés de l’ombre qui, le temps d'un documentaire mené tambour battant, sont mis en lumière.



Mercredi 24 mars 21h15, magazine “Enquête sous haute tension”, animé par Carole Rousseau sur C8.
« Règlement de compte, vol et agression : 100 jours avec la police de Marseille », premier épisode.

Le deuxième épisode sera diffusé mercredi 31 mars.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le journaliste Rabah Aït-Hamadouche et les policiers

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-