"TPMP": clash et cris entre Bernard de la Villardière et Gilles Verdez dans une ambiance électrique (vidéo)

"TPMP": clash et cris entre Bernard de la Villardière et Gilles Verdez dans une ambiance électrique (vidéo)

Publié le 27/02/2018 à 08:10 - Mise à jour à 08:12
©Capture d'écran/M6
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Ambiance particulièrement tendue lundi soir sur le plateau de "TPMP" qui recevait Bernard de la Villardière. Ce dernier s'est violemment disputé avec Gilles Verdez et les deux se sont échangés des reproches assez violents en plein direct.

Ambiance électrique lundi 26 sur le plateau de Touche pas à mon poste (TPMP). L'un des invités du jour de l'émission phare de C8 était en effet le journaliste Bernard de la Villardière. Ce dernier intervenait pour évoquer son reportage L'armée française dans l'enfer de la jungle qui était diffusé sur cette même chaîne en prime time.

Or, le journaliste a quelques contentieux avec TPMP, un programme qui a souvent critiqué son travail, alors qu'il a en retour lui-même critiqué le contenu de l'émission.

Premier clash de la soirée pour Bernard de la Villardière avec Rokhaya Diallo, cette dernière défendant le libre port du voile en France, une position qui hérisse le poil du journaliste. "Ce n'est pas un foulard comme les autres. C'est un hijab qui recouvre non seulement les cheveux, mais aussi le cou et les oreilles. Pour moi, c'est une doctrine que je dénonce et j'ai le droit de considérer qu'une femme qui porte le hijab, c'est une régression" a asséné l'invité à la chroniqueuse qui, de son côté, estime que Bernard de la Villardière ne fait que rarement "parler les femmes" dans ses reportages dédiés à ce type de sujets.

Lire aussi: "TPMP": la sexy Malika Ménard, sèchement critiquée par Gilles Verdez, répond avec fermeté au chroniqueur (vidéo)

Mais c'est avec Gilles Verdez que le ton va brutalement monter. Le journaliste invité estime que "quand on le traite d'islamophobe, on peut aussi armer les assassins", ce à quoi le chroniqueur a sèchement répondu: "Retirez ça. Vous ne pouvez pas dire que j'arme des assassins. C'est une discussion. Vous avez des convictions, j'en ai aussi".

"Vous êtes bien installés là (sur le plateau de l'émission, NDLR) pendant que moi je vais risquer ma vie dans 60 pays à travers le monde pour dire un certain nombre de choses" lâche encore Bernard de la Villardière, ce qui va définitivement faire sortir de ses gonds le chroniqueur Gilles Verdez. "Mais pour qui vous vous prenez, vous nous donnez des leçons de journalisme? Putain, vous stigmatisez les gens!"

L'invité conclut alors l'échange musclé d'un "on n'est pas de la même race" qui clot la conversation dans une ambiance particulièrement tendue. Bernard de la Villardière finira par quitter brutalement l'émission.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Bernard de la Villardière a eu des mots assez "musclés" avec Gilles Verdez.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-