Tweets haineux, pseudonyme et polémique: l'auteur Medhi Meklat dans la tourmente

Tweets haineux, pseudonyme et polémique: l'auteur Medhi Meklat dans la tourmente

Publié le 21/02/2017 à 18:20 - Mise à jour à 18:31
©Capture d'écran France 5
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Rattrapé par des tweets haineux qu'il écrivait sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps, Medhi Meklat est au coeur d'une polémique. Le jeune homme a présenté ses excuses sans pour autant faire taire la critique.

Peut-on faire dire n'importe quoi à un alias? L'"affaire Medhi Meklat" a éclaté vendredi 17 après le passage de Mehdi Meklat jeudi 16 sur le plateau de La Grande Librairie (France 5), alors qu'il venait présenter son nouveau livre intitulé Minute (ed. Le Seuil) qu'il a coécrit avec Badroudine Saïd Abdallah.

En effet, des tweets du jeune auteur datant de 2001 à 2015, où l'on peut lire un flot d'insultes et de propos racistes, homophobes et sexistes, ont été exhumés par des internautes qui se sont insurgés qu'on puisse inviter une personne qui tenait des propos pareils. Des messages aussi violents que "(Je) regrette que Ben Laden soit mort. Il aurait pu tout faire péter", "pourquoi les juifs ont le droit de prendre le métro aussi?" ou encore (en 2012, avant les attentats) "je crache des glaires sur la gueule de Charb et de tous ceux de Charlie Hebdo" .

Très vite, les réactions de personnalités, journalistes et hommes politiques se sont multipliés, allant de l'extrême-gauche à l'extrême -droite pour condamner les propos du jeune homme.

Sur Twitter, le Bondy Blog, pour lequel il a travaillé, a rappelé qu'il ne "pouvait cautionner des propos antisémites, sexistes, homophobes, racistes, ou tout autre propos discriminatoires ou stigmatisants, même sur le ton de l'humour", et ajoute que son chroniqueur s'était expliqué et excusé. 

Les Inrocks, dont il faisait la Une début février avec Christiane Taubira, ont assuré ne pas avoir eu connaissance de ces tweets injurieux. Pierre Siankowski, directeur de la rédaction, a réagi dans un édito lundi 20: "relisez attentivement ces textes, ils sont tout simplement l’inverse de ce qui a été retrouvé sur son Twitter. Ce sont des textes beaux et puissants. Les excuses qu’on attend de Mehdi Meklat à la suite de cette histoire se doivent de l’être tout autant. Justes aussi. Elles doivent explorer et éclaircir la part d’ombre qui sous-tend ses tweets honteux".

Submergé par les critiques, Mehdi Meklat a été contraint de s'expliquer. D'abord sur Twitter, où l'écrivain a posté quatre messages samedi 18. "Jusqu'en 2015, sous le pseudo +Marcelin Deschamps+, j'incarnais un personnage honteux raciste antisémite misogyne homophobe sur Twitter", avance-t-il. "Les propos de ce personnage fictif ne représentent évidemment pas ma pensée et en sont tout l'inverse". Et d'ajouter: "je m'excuse si ces tweets ont pu choquer certains d'entre vous: ils sont obsolètes". Un contrefeu qui n'a pas suffit à faire contrer l'indignation générale.

Mehdi Meklat a donc publié lundi 21 une longue lettre ouverte sur Facebook pour apporter des précisions supplémentaires sur le pseudonyme qu'il utilisait et les réactions qu'il souhaitait susciter par ses écris.

"En 2011, j’avais 19 ans (…) Twitter était alors un Far West numérique. Un nouvel objet, presque confidentiel, où aucune règle n’était édictée, aucune modération exercée. J’ai trouvé un pseudo: Marcelin Deschamps. (…) Mais rapidement, il est devenu un personnage de fiction maléfique. Il n’était pas +dans la vie réelle+, il était sur Twitter. Il se permettait tous les excès, les insultes les plus sauvages. Par là, il testait la notion de provocation", assure le jeune homme.

Et de conclure: "rien sur ce réseau social naissant n’était mis en œuvre pour arrêter les logorrhées numériques ignobles. Marcelin Deschamps était absolument immoral. Il était honteux, misogyne, antisémite, raciste, islamophobe et homophobe (...) Grisé par cette liberté infinie, Mehdi n’a pas su contrôler Marcelin".

Il y a fort à parier que cet acte de contrition ne mette pas fin à la polémique.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Mehdi Meklat a donc publié lundi 21 une longue lettre ouverte sur Facebook pour présenter ses excuses.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-