Un homme condamné pour avoir "aimé" un commentaire sur Facebook

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Un homme condamné pour avoir "aimé" un commentaire sur Facebook

Publié le 01/06/2017 à 12:03 - Mise à jour à 12:11
© Stephen Lam / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Léa Sabatier

-A +A

En Suisse, un homme de 45 ans a été condamné à une peine de sursis pour avoir "liké" des commentaires "diffamants" sur Facebook.

Le tribunal de Zurich a condamné un homme âgé de 45 ans pour avoir "liké" ("aimé", en français)  en 2015 des commentaires sur Facebook. L'homme aurait qualifié, sans preuve, de "raciste", "fasciste" et "antisémite" le président d'une association contre les élevages et abattoirs d'animaux ("Association contre les usines d'animaux"), Erwin Kessler.

A l'époque, l'accusé avait participé sur le célèbre réseau social à une discussion entre défenseurs de la cause animale. La justice suisse affirme que l'homme avait propagé un jugement de valeurs et des accusations en cliquant sur le bouton j'aime du réseau social.

Des accusations pas vraiment gratuites car Erwin Kessler avait été condamné en 1998 pour "violation de la loi suisse contre le racisme", alors qu'il s'opposait à l'abattage rituel. Cette fois, c'est lui qui a saisi la justice, alors qu'il était visé sur Facebook pour avoir critiqué l'abattage rituel. Erwin Kessler a porté plainte pour atteinte à l'honneur.

L'homme condamné hier n'a toutefois pas réussi à prouver le "racisme", le "fasciste" ou l'"antisémitimse" d'Erwin Kessler. Il est donc condamné à une peine avec sursis de 4.000 francs suisses soit environ 3.700 euros. Ce dernier peut cependant faire appel auprès du tribunal cantonal de Zurick.

Selon les médias locaux, cette condamnation est une première en Suisse. En France, "liker" une publication ne constitue pas une infraction. En revanche, une insulte peut donner lieu à une sanction.

Auteur(s): Léa Sabatier


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'homme est condamné à une peine avec sursis de 4.000 francs suisses.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-