M Pokora dénonce les "critiques bien-pensants" (et parisiens) qui ne reconnaissent pas son "talent"

M Pokora dénonce les "critiques bien-pensants" (et parisiens) qui ne reconnaissent pas son "talent"

Publié le 29/05/2017 à 12:43 - Mise à jour à 13:07
©Capture d'écran myTF1
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

M Pokora n'a pas sa langue dans sa poche quand il s'agit de pointer du doigt ceux qui critiquent sa musique ou son style (ou les deux). Il estime dans une interview que le dénigrer confine à la bien-pensance et que les attaques proviennent le plus souvent d'un certain type de presse, en décalage avec le public réel.

Il n'est pas content et il tient à le faire savoir. Dans un entretien accordé au quotidien Le Figaro, M Pokora s décidé de se payer les "journalistes parisiens" qui, visiblement, n'apprécient pas son travail.

M Pokora est devenu célèbre presque du jour au lendemain, en remportant en 2003 le concours de l'émission Popstars sur M6 avec ses deux comparses Lionel et Otis. Ensemble, ils formeront le trio "Linkup" qui connaîtra une carrière aussi fulgurante qu'éphémère, et qui marquera d'ailleurs le crépuscule du phénomène "boys band" en France.

Problème: le chanteur de 31 ans, Matthieu Tota de son vrai nom (et auparavant appelé "Matt Pokora"), estime que les observateurs des médias continuent d'assimiler son travail actuel à cette période qualitativement faible. Il s'emporte que les journalistes ne prennent pas en considération les choix artistiques qu'il a fait pour sa carrière solo.

"En 2003 quand j'ai remporté le télé-crochet +Pops­tars+ sur M6, j'aurais pu n'être qu'un produit marke­ting. Je n'avais aucune crédibilité. C'est vrai. Mais aujourd'hui? Personne ne fait ce que je fais sur scène et les critiques bien-pensants ne recon­naissent pas ce talent-là".

Autre pique au passage, l'artiste explique être très fier que "90%" du public qui vient l'applaudir et le soutient "vive en province".

Le dernier album de M Pokora, composé de reprises de Claude François adaptées par Matthieu Tota, est devenu disque diamant en dépassant les 500.000 exemplaires. Des chiffres de vente flatteurs, bien supérieurs aux autres membres du jury de l'émission The Voice qu'il rejoint cette année (après une saison à The Voice Kids).

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




M Pokora dénonce les "bien-pensants" qui ne voient pas son évolution depuis ses débuts.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-