Dans un centre de vaccination parisien, la campagne de rappel accélère en douceur

Auteur:
 
Par Damien GAUDISSART - Paris (AFP)
Publié le 27 novembre 2021 - 12:44
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Une femme reçoit une dose de rappel du vaccin Pfizer contre le Covid-19 dans un centre de vaccination, le 27 novembre 2021 à Paris
Crédits
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Une femme reçoit une dose de rappel du vaccin Pfizer contre le Covid-19 dans un centre de vaccination, le 27 novembre 2021 à Paris
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Des créneaux pris d'assaut mais pas nécessairement en dernière minute: samedi, à l'ouverture de la campagne de rappel à tous les adultes, un centre parisien de vaccination contre le Covid-19 accueillait surtout des personnes éligibles de longue date à la troisième injection.

"J'ai pris rendez-vous il y a trois semaines, un mois", bien avant que le ministre de la Santé, Olivier Véran, n'annonce jeudi l'extension de la campagne de rappel à toute la population adulte, explique Marie-Jeanne Bernassau.

Venue se faire vacciner à la mairie du VIe arrondissement, cette habitante du quartier fait partie des personnes atteintes de comorbidités, et a fait en sorte de recevoir sa dose de rappel exactement six mois après sa deuxième dose.

"Le samedi en général, les créneaux sont pris en amont, il s'agit de gens qui avaient prévu" de longue date de se faire vacciner, explique Marc Jacono, le médecin responsable du centre.

Sous le porche de pierre de la mairie, Ira attend elle sa deuxième dose. Elle a pris rendez-vous "il y a plus d'un mois.

"J'attendais de voir si d'autres vaccins allaient être disponibles, mais a priori non, donc autant se faire vacciner avec ceux-là", confie-t-elle. Comme les autres patients du centre, elle se fera administrer le vaccin Pfizer, le seul à être disponible sur place pour le moment.

- "Ca va flamber" -

A l'autre bout de la chaîne, Ali Mostefakara vient de se faire administrer sa dose de rappel et patiente dans une salle attenante à un box de vaccination.

"C'était une volonté de mon frère, médecin, de me faire vacciner", souligne le jeune homme. "A la suite de l'allocution (d'Olivier Véran, jeudi), il m'a dit: "Je t'ai pris une place parce que ça va flamber. Et il avait raison parce que je ne pouvais pas prendre de place tout seul" sur Doctolib, la plate-forme de réservation de rendez-vous médicaux.

"C'était impossible: même quand la page dit qu'il ne reste plus qu'une minute d'attente, ça repart sur 30 minutes", assure Ali Mostefakara.

Les rendez-vous ont de fait été pris d'assaut: samedi midi, le ministre de la Santé Olivier Véran a tweeté que "trois millions de rendez-vous" pour une dose de rappel avaient été pris depuis jeudi à la mi-journée, soit en 48 heures.

Et si l'effet des annonces du ministre de la Santé ne se ressentait pas encore samedi matin à la mairie, les équipes de vaccination se préparent à un afflux de patients imminent.

"On a eu une forte demande", confirme le maire Jean-Pierre Lecoq. "Le VIe arrondissement étant un arrondissement central, bien desservi, de nombreuses personnes qui travaillent, commercent ou se promènent se disent +pourquoi pas me faire injecter ma 3e dose ici?+", poursuit l'élu LR.

En conséquence, la mairie a réinstallé en permanence trois boxes de vaccination, contre deux certains jours en septembre-octobre, lorsque la fréquentation du centre avait baissé.

Avec un tel dispositif, jusqu'à 300 doses peuvent être injectées quotidiennement, selon Marc Jacono.

"On ressent quand même l'effet des des annonces. Tous les samedis sont pris jusqu'à fin décembre, et en semaine il reste quelques rendez-vous mais très peu", détaille le médecin.

Pour éviter la submersion du centre, ses horaires pourraient être étendus. En outre, la mairie redirige les personnes en quête d'une dose de rappel vers les pharmacies. Mais là aussi, la demande a bondi: une officine du quartier affiche complet jusqu'à fin décembre, une autre jusqu'à février.

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don