Foot féminin et sexisme: le journaliste de TF1 s'excuse

Foot féminin et sexisme: le journaliste de TF1 s'excuse

Publié le 20/06/2019 à 12:43 - Mise à jour à 12:48
©FRANCK FIFE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Michel Izard, auteur pour le JT de TF1 d'un sujet se voulant poétique sur le football féminin, a présenté mercredi 19 ses excuses. Son texte avait été jugé réducteur voire carrément sexiste.

Il reconnaît l'erreur mais dément toute mauvaise intention. Le journaliste Michel Izard, auteur d'un reportage pour le 13H de TF1 sur la coupe du monde de football féminin jugé sexiste par de nombreux téléspectateurs et internautes depuis sa diffusion mardi, a présenté ses excuses mercredi dans Quotidien sur TMC.

"Avec des gestes si délicats au bout de doigts si fins… On peut comprendre que certains rêveraient d'être à la place de la balle. L'essentiel est ailleurs… dans ce jeu léger de jambes pour faire comme les garçons du tricot sur la pelouse", pouvait-on entendre en commentaire d'images montrant au ralenti quelques gestes techniques de joueuses.

Voir: Foot féminin - un sujet sexiste dans le 13H de Jean-Pierre Pernaut fait polémique

"Une maille à l'endroit. Une maille à l'envers. Pour donner le tournis ou la rage de vaincre. Entrer du bout du pied dans la ronde des jongles. Numéro d'artiste de la Japonaise Hasegawa. Même si la quête de grâce ne fait pas toujours dans la dentelle", poursuivait-il.

Des propos qui ont été perçus comme totalement sexistes par certains, ou au moins comme relayant ces sportives professionnelles à leur seul statut de femme.

"Là, il faut le dire, c’est pas bien, c’est raté, c’est malvenu. C’est mal fait, et ça dessert… c’est l’inverse de ce que je veux faire, c’est l’inverse total, j’en suis dévasté", a-t-il déclaré. Mais il maintient que son propos, s'il a pu être mal perçu, était au contraire motivé par l'idée de traiter de manière identique les hommes et les femmes: "Alors le tricot, toute la matinée, je me suis dit «Est-ce que je le dis ou pas». Mais l’an dernier, j’ai fait un sujet sur les hommes et j’ai parlé du tricot, car c’est une expression. Je l’ai dit pour les hommes, alors je me suis dit, «Je vais le dire pour les femmes»", a-t-il expliqué.

Lire aussi:

Sexisme: une publicité avec Iris Mittenaere pointée du doigt (photos)

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Michel Izard a reconnu que son propos était "malvenu".

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-