Glyphosate et Roundup: Monsanto soupçonné de faire pression sur l'OMS

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Glyphosate et Roundup: Monsanto soupçonné de faire pression sur l'OMS

Publié le 01/06/2017 à 14:10 - Mise à jour à 14:24
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

"Le Monde" révèle ce jeudi les premiers éléments d'une enquête sur Monsanto, le géant des pesticides. Le quotidien évoque notamment les pressions contre un organe de l'ONU et les scientifiques qui ont déclaré cancérigène probable son pesticide, le Roundup.

Lobbying, pressions, attaques contre un organisme de l'ONU. Le géant de l'industrie chimique Monsanto n'aurait pas hésité à employer des méthodes plus que discutables pour défendre le glyphosate, pesticide controversé entrant notamment dans la composition de son produit star, le fameux Roundup.

L'entreprise a notamment visé le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), organe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et donc des Nations-unies notamment chargé de dresser l’inventaire des substances cancérogènes.

Jusqu'au 20 mars 2015, le glyphosate était jugé uniquement "génotoxique", c'est à dire qu'il peut endommager l'ADN. Mais une étude du CIRC a bousculé cette classification en le déclarant cancérogène "probable" pour l'homme. Une décision qui lui aurait valu un déchaînement de la part de Monsanto, révèle Le Monde ce jeudi 1er juin.

"Nous avons déjà été attaqués par le passé, nous avons déjà subi des campagnes de dénigrement, mais nous sommes cette fois la cible d’une campagne orchestrée, d’une ampleur et d’une durée inédites" explique le directeur du CIRC Christopher Wild dans les colonne du quotidien.

Par communiqué Monsanto a d'abord dénoncé la "science pourrie" qui a mené à cette conclusion. Une "sélection biaisée" de "données limitées", établie en fonction de "motivations cachées", et basée sur "quelques heures de discussion au cours d’une réunion d’une semaine" (un an en réalité). Bref, un mélange d'incompétence et de complot contre le glyphosate.

Le géant des pesticides se serait également montré très pressant à l'égard des scientifiques non-américains qui ont participé à l'étude du CIRC. Ses avocats leur ont demandé de fournir tous les documents établis durant leurs recherches, précisant qu'en cas de refus, ils devaient s'attendre à ce que la justice soit saisie pour les obtenir.

Le Monde précise que ces révélations ne représentent que le premier volet d'une plus vaste enquête déjà surnommée "Monsanto Papers".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Monsanto a dénoncé la "science pourrie" d'un organe de l'ONU qui a déclaré le glyphosate cancérigène "probable".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-