La "stabilité est chez nous", promet Mélenchon contre les "surenchères" macronistes

Auteur:
 
Baptiste BECQUART - Toulouse
Publié le 14 juin 2022 - 23:45
Mis à jour le 15 juin 2022 - 01:28
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Meeting de Jean-Luc Mélenchon à Toulouse le 14 juin 2022
Crédits
AFP - Lionel BONAVENTURE
Meeting de Jean-Luc Mélenchon à Toulouse le 14 juin 2022
AFP - Lionel BONAVENTURE

"La stabilité est chez nous" car "on va planifier le changement", s'est exclamé Jean-Luc Mélenchon devant 1.500 personnes mardi soir en meeting à Toulouse, critiquant à l'inverse les "surenchères" et l'absence de programme clair, selon lui, des macronistes.

A cinq jours des élections législatives, le tribun insoumis s'est attaché à la fois à rassurer les Français sur le programme de la gauche coalisée et à mobiliser les abstentionnistes du premier tour.

"Je sais où je vais", a promis Jean-Luc Mélenchon à l'assistance de la salle Jean Mermoz, moins nombreuse que pour ses meetings de campagne présidentielle mais exaltée par la possibilité de priver Emmanuel Macron de majorité relative et surchauffée par les 38 degrés toulousains.

"La stabilité politique dépend de la stabilité programmatique, et elle est chez nous", a estimé Jean-Luc Mélenchon, rappelant les grandes lignes du programme de "relance" de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes).

Augmentation du SMIC, blocage des prix des produits essentiels, retraite à 60 ans, planification écologique, en tout 650 mesures sur lesquelles LFI, EELV, le PS, le PCF et Générations se sont mis d'accord - largement inspirées de la première formation.

"On va planifier le changement", a résumé M. Mélenchon. "Je ne dis pas que nous serons parfaits, peut-être serons-nous pris ici ou là par la tension énorme des événements, mais du moins savons-nous où nous allons: non ce n'est pas la marchandise, c'est l'être humain le plus précieux!"

A contrario il a moqué le flou du camp adverse. "Les huit partis" formant la coalition "Ensemble", "ils sont d'accord sur quoi", a-t-il questionné, raillant "quelques points de grande intensité technique et intellectuelle" du programme adverse, comme "mieux reconnaître les enseignants".

Cinq ans de macronisme supplémentaire, a-t-il prévenu, ce sera "le désordre, le chaos, les surenchères, nécessairement, car Macron peut pas se représenter, et la guerre de succession commence maintenant".

"Ne permettez pas à ces gens de tenir le haut du pavé, notre pays en ressortira en lambeaux, nous seuls sommes capables de garantir l'unité" du pays, a clamé l'Insoumis.

- "L'audace des Français" -

A chaque bon mot distribué par Jean-Luc Mélenchon, l'assistance éclate de rire, applaudit, voire hue les macronistes quand ils sont cités.

Obtenir la majorité dimanche? Nadia, éducatrice de 57 ans, estime que "ça va être un peu juste, car beaucoup de gens susceptibles de voter Nupes ne se sont pas déplacés au premier tour". Mais selon elle, "la déception de la présidentielle" a laissé place "à une prise de conscience: un front de gauche unie permet d'y croire".

C'est à cela que s'est aussi attelé Jean-Luc Mélenchon. "Ne croyez pas les pseudos projections (en sièges, favorables à Ensemble, NDLR), ne croyez que vous-mêmes, à combien de gens vous amenez au vote dimanche: le monde entier nous regarde, (...) il a besoin de l'audace des Français".

Il s'est en particulier adressé aux jeunes, qui se sont très majoritairement abstenus au premier tour, contrairement à la présidentielle où ils ont contribué à hisser Jean-Luc Mélenchon à 22% des voix.

"C'est la conscience écologique qui nous rassemble, le sens des biens communs, la jeunesse bascule en masse de ce côté, et c'est elle qui va porter la lumière du siècle", a scandé celui qui dit viser Matignon.

Alexandre Ribaut, qui à 24 ans reprend des études pour devenir prof d'histoire, a confié son "pessimisme sur la possibilité d'avoir le Premier ministre". Mais aussi son espoir "d'une très forte opposition pour faire de meilleurs débats" que dans le précédent quinquennat.

À LIRE AUSSI

Image
Image du clip de "NUPESS" par Gauche organisée
"No stress, NUPES, NUPES", le nouvel hymne un peu trop gauche
Quand Jean-Luc Mélenchon hurle "La République, c'est moi !", les jeunes militants de la NUPES, eux, chantent "C'est nous les Power Rangers !" Le 8 juin dernier, le gro...
10 juin 2022 - 12:40
Politique
Image
Assemblee nationale, lors de la séance de questions au gouvernement, le mardi 15 février 2022
Législatives: abstention historique, poussée des gauches, une majorité présidentielle relative?
22h20 : Marine Le Pen a demandé dimanche aux électeurs de sa circonscription du Pas-de-Calais de confirmer son score lors du second tour des élections législatives et ...
12 juin 2022 - 19:30
Politique
Image
Emmanuel Macron reçoit Marine Le Pen à l'Elysée, le 6 février 2019 dans le cadre du 'grand débat national'.
Un front républicain macroniste-lepéniste en marche contre la gauche [1/5]
CHRONIQUE — Durant cette campagne des législatives, on assiste à un consensus au sein des élites et de la macronie pour tenter de travestir le concept de « front répub...
09 juin 2022 - 14:15
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don