Protocole sanitaire dans les universités : passage au régime à 50% des étudiants

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Protocole sanitaire dans les universités : passage au régime à 50% des étudiants

Publié le 05/10/2020 à 13:29 - Mise à jour à 14:50
Google Street View
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Quand elles n’avaient pas déjà choisi cette option, les universités devront désormais limiter les présences d’étudiants dans les amphithéâtre, les salles de classes ou encore les réfectoires à 50% de leur capacité.
 
Cette mesure ne concerne par que les facs, mais l’ensemble de l’enseignement supérieur, écoles et instituts de formations. Elle ne concerne pas, non plus, que Paris et la petite couronne, qui sont passées en "rouge écarlate".
 
Dans plusieurs villes
 
En effet, la diminution drastique de la présence des étudiants dans leurs lieux communs s’applique non seulement aux zones en alerte maximale (Paris, Marseille, Aix-en-Provence, Guadeloupe), mais encore aux métropoles classées en zone d’alerte renforcée : Lille, Rouen, Rennes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Nice, Lyon, Grenoble et Saint-Etienne. 
 
Certaines universités, comme à Lille ou à Bordeaux, n’avaient d’ailleurs pas attendu les annonces de Matignon, dimanche soir, pour fonctionner en demi-jauge, avec des étudiants présents une semaine sur deux. 
 
La situation risque néanmoins d’être particulièrement délicate dans les restaurants universitaires, d’autant plus fréquentés depuis l’instauration du ticket-repas à 1€. 
 
Le virus par les jeunes ?
 
Soirées étudiantes, distanciation sociale impossible dans les amphis… Cela fait plusieurs semaines que l’on entend une affirmation selon laquelle le coronavirus revient par les jeunes, et surtout les étudiants. 
 
Ce lundi matin en conférence de presse, le directeur de l’ARS Ile-de-France n’a pas manqué de souligner que si le taux d’incidence est de 260 cas positifs pour 100000 habitants à Paris, il grimpe à 500 chez les 20-30 ans. Remarquons néanmoins qu’à 30 ans, beaucoup de personnes ont terminé leurs études… 
 
D’ailleurs, Christophe Kerrer, le recteur de l’Académie d’Ile-de-France a été plus précis : il y a actuellement 796 cas positifs sur les 705000 étudiants de la région. Ce qui nous amène à un taux d’incidence de 113 (loin des 500). 
 
Les chiffres par niveau d’enseignement
 
Pour l’ARS, Aurélien Rousseau a précisé que sur les 203 clusters actifs dans la région Ile-de-France, près de 40% concernent le milieu scolaire et universitaire – 28% le milieu professionnel, 10% les rassemblements privés. 
 
Milieu scolaire et universitaire », le terme est vague et suscitait des questions. Pour la première fois, Santé Publique France a donné des précisions dans son point épidémiologique national du 1er octobre.
 
Selon ses chiffres et sur 505 clusters (plus de trois cas positifs) étudiés, 45,7% ont été observés dans des établissements du secondaire, contre 33,3% dans l’enseignement supérieur, 14,3% en primaire et 6,7% en maternelle. 
 
Mais au-delà du nombre, Santé Publique France insiste sur le « niveau de criticité », c’est-à-dire le risque de propagation du virus. Le nombre moyen de cas positifs à la Covid-19 par cluster est ainsi de 5 en maternelle, 6 dans le primaire, 7 dans le secondaire et… 24 dans le supérieur. 
 
L’organisme établi le pourcentage de criticité à 42,9% dans l’enseignement supérieur contre 15,2% dans le secondaire, 11,1% dans le primaire et 6,7% en maternelle.
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La présence des étudiants dans les universités doit être réduite de moitié

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-