Démence: perdre ou gagner du poids augmenterait les risques

Démence: perdre ou gagner du poids augmenterait les risques

Publié le 22/05/2019 à 17:26 - Mise à jour à 17:28
©Petillot/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Des scientifiques sud-coréens ont mené pendant près d'une décennie des recherches sur l'influence de la perte ou de la prise de poids sur le cerveau après un certain âge. Ainsi, faire le yo-yo augmenterait les risques de démence. Les résultats alarmants de cette étude ont été publiés lundi 20 mai dans la revue BMJ Open.

Une équipe de chercheurs de l'université Kyungpook National en Corée du Sud a publié lundi les résultats d'une étude longue d'une dizaine d'années et portant sur un lien présumé entre obésité et troubles cognitifs.

Au fil de leurs recherches, ils ont pu confirmer que passé un certain âgé (60 ans en général) prendre trop de poids pouvait augmenter le risque de démence, et de développer des maladies type Alzheimer.

Mais ce n'est pas tout: la démence pourrait aussi survenir avec la perte de poids. Autrement dit faire le yo-yo est mauvais pour le cerveau, et pour la santé en général (quelque soit l'âge d'ailleurs).

Lire aussi: Démence précoce - l'alcool premier facteur de risque

L'étude a été menée sur un panel de 67.000 personnes âgées de 60 à 79 ans. Les résultats ont montré que les hommes dont l'IMC augmentait de 10% avaient 25% de risque en plus de développer une pathologie liée à un déclin cognitif. Chiffre qui était de +17% chez les femmes.

Concernant la perte de poids (-10% par rapport à l'IMC de base), ce même risque était accru de 26% chez les hommes et de 15% chez les femmes.

"Nos résultats suggèrent qu'un contrôle continu de son poids, un suivi médical régulier et garder un mode de vie sain sont des actions bénéfiques à la prévention de la démence, même chez les personnes âgées", ont estimé les scientifiques dans leur rapport d'étude, publié dans la revue scientifique BMJ Open.

Voir aussi:

Vivre à proximité des routes fréquentées accroîtrait le risque de démence

La démence, bombe à retardement du Japon

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au-delà d'un certain âgé, perdre du poids ou en gagner trop augmenterait de manière importante le risque de démence.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-