Crier sur son enfant est une “violence ordinaire”

Crier sur son enfant est une “violence ordinaire”

Publié le 26/06/2021 à 10:26
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Selon une enquête de de l’AFPA (l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire), 33% des parents interrogés ne sont pas conscients que la loi préconise que "l'autorité parentale s'exerce sans violence", et pire, nombreux sont ceux qui ne connaissant pas les formes que peut prendre la violence dite “ordinaire”. Une nouvelle campagne de sensibilisation lancée par la Fondation pour l’enfance, en partenariat avec Mpedia et l’AFPA, vise à alerter des dangers d’exercer des “violences éducatives ordinaires” sur les enfants.

La violence ordinaire n’est pas seulement une violence physique

La plupart des parents sont concernés par la violence ordinaire sans le savoir. Selon l'enquête effectuée par Mpedia auprès de 1 310 personnes, 96% des répondants considèrent que seule la violence physique est interdite par la loi. Pourtant la loi protège l’enfant de toute forme de violence.

Se faire obéir avec violence est hors-la-loi depuis 2019 grâce à la loi « anti-fessée»

D'après la loi, « l’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques » Une fessée, un tirage d’oreilles, une claque, et même des cris, sont en fait interdits par le Code civil depuis juillet 2019. Aucune sanction n’est prévue pour les parents qui ne respectent pas cette loi, il s’agit d’un code de conduite qui protège les enfants, particulièrement fragiles. En effet, des études montrent qu’un enfant exposé à la violence lors de sa petite enfance peut connaître des troubles sérieux comme des difficultés d’apprentissage, des difficultés sociales, de l’anxiété, du stress. Cela peut aussi mener les enfants à des comportements autodestructeurs pendant l’adolescence. La violence dans la petite enfance peut aussi empêcher l'enfant de développer de l’empathie, ce qui peut provoquer des comportements asociaux et des formes de délinquance à l'âge adulte. Bien que cette loi essaie de faire changer les mentalités en essayant de mettre en évidence la fragilité des enfants, éduquer un enfant reste une tâche très compliquée, et souvent, les parents manquent d’accompagnement pour rappeler les bons gestes, et signaler les mauvais.

Une campagne déculpabilisante pour finir avec les fessées, les claques ou les humiliations.

Cette nouvelle campagne, qui affiche des visuels partout en France, se veut « décalée et déculpabilisante » avec des slogans comme « Si je menace… C’est de mes bisous » ou encore « Si je frappe… C’est dans mes mains ». De nombreux guides, supports d'information et webinaires sont déployés pour aider les parents au quotidien à éduquer « positivement » leurs enfants.

Le confinement a mis en lumière des situations familiales en tension et a aggravé les violences au sein du domicile

Cette campagne vise à venir en aide aux familles touchées par les périodes de confinement, qui ont aggravé les tensions. Pour Catherine Salinier, pédiatre et membre de l'AFPA « les confinements à répétition ont accentué la détresse de certains parents qui manquent de conseils pratiques ». À cause de cela 43 % des parents plébiscitent des ateliers de soutien à la parentalité pour les aider à prendre en main l'éducation de leurs enfants. Vincent Dennery, directeur de la Fondation pour l'enfance insiste sur l’objectif de cette campagne: “Nous ne voulons pas culpabiliser les parents mais les aider à changer leur comportement”.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




De nombreux guides, supports d'information et webinaires sont déployés pour aider les parents au quotidien à éduquer « positivement » leurs enfants.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-