Une non réponse à un email est une source de stress (trois, bonjour les dégâts!)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Une non réponse à un email est une source de stress (trois, bonjour les dégâts!)

Publié le 17/03/2020 à 18:50
Occurrence
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A

La franco-danoise Malene Rydahl, conférencière à Sciences Po et executive coach a publié un livre en février 2020 intitulé “ Je te réponds... Moi non plus” pour analyser le phénomène qui fait de la réponse aux emails une véritable source de stress, et l’absence de réponse l’origine de nombreux malentendus.

Depuis le passage au confinement strict hier soir, le télétravail est obligatoire pour tous, dès qu’il est possible. Les outils de communication comme l’email et la messagerie professionnelle connaissent donc des taux d'utilisation sans précédents. Mais attention, s’il est déjà difficile de gérer sa boite email en temps normal, réussir à le faire en télétravail en confinement est un défi de taille, qui peut décupler le stress et la panique déjà inhérents à la situation.

A lire aussi: Tyrannie de l’email: les nouveaux outils pour en sortir 

Vous n'êtes pas les seuls à ne répondre qu’au bout de la troisième relance

Peut-être faites vous partie de ceux qui répondent systématiquement dans les quelques secondes après avoir reçu un email. Mais vous êtes plus probablement dans les 72 % des gens qui déclarent ne pas réussir à répondre à tous les messages qu'ils reçoivent dans le cadre professionnel. Plus on est sollicité, plus on aura de mal à répondre efficacement à nos interlocuteurs.

Un cercle vicieux

La faute à “l'infobésité” et à la multiplication des sources d’information en temps réel permise par les outils numériques. Notre concentration et notre productivité sont sans cesse perturbées par des sollicitations, et elles sont en chute libre. La gestion des emails devient même un cercle vicieux, car selon Malene Rydahl, lorsque quelqu’un a des difficultés à suivre le rythme pour gérer sa messagerie, il supporte encore moins bien l’absence d’une réponse immédiate à ses propres emails!

L’absence de réponse stresse autant les auteurs que les destinataires du message

Selon une étude réalisée par le cabinet Occurrence, le fait de ne pas recevoir de réponse à un message provoque une souffrance psychologique née de l’impression de rejet, d'irrespect, de manque de considération. Pour 80% des participants au sondage, il est préférable de recevoir une réponse négative ou désagréable à un message plutôt qu’aucune réponse.

Les allemands plus sensibles que les français

Fait intéressant, il existe de légères différences de perception des participants de l'étude en fonction de leur nationalité. Les plus sensibles sont les coréens et les allemands avec 68% et 67% des répondants qui déclarent souffrir. En France en revanche, le taux est beaucoup plus bas, avec seulement 56% des répondants qui disent souffrir de la non-réponse.

Une source d'angoisse sous-évaluée

Pour Malene Rydahl, ce phénomène d’angoisse est sous-estimé. Lorsque l’on ne répond pas dans l'heure à un message, on est soumis à des sentiments de culpabilité et d’angoisse, qui viennent de la conscience que l’on pourrait projette une mauvaise image de nous-mêmes.
75-80 % des sondés de l'étude  perçoivent négativement les personnes qui ne répondent pas aux messages. Ils sont qualifiés très durement: “non fiables, mal organisés, mal élevés, arrogants, égoïstes ou prétentieux”.

Attention au télétravail!

Dans son livre, Rydahl  cherche à comprendre pourquoi les récepteurs ne répondent pas, et tente de nous éclairer sur l’interprétation de la non-réponse. Le développement des messageries instantanées est pour elle un vecteur qui amplifie ce phénomène, qui pourrait donc s'aggraver avec la généralisation du télétravail.

A lire aussi: Le policier pédophile viole une jeune fille, un email l'informe de son arrestation

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Etude Occurrence réalisée en ligne du 25 avril au 2 juillet 2019 auprès de 3 000 personnes en Allemagne, Corée, Danemark, France, Royaume-Uni et États-Unis (à raison de 500 répondants par pays).

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-