Des pâtes aux insectes en plein coeur des Vosges

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Des pâtes aux insectes en plein coeur des Vosges

Publié le 14/02/2016 à 15:35 - Mise à jour à 15:36
©Jean-Christophe Vergaegen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Sandrine Issartel (AFP).
-A +A

Les insectes, c'est l'aliment de l'avenir. Dans les Vosges, une entreprise fabrique des pâtes aux insectes. Ce n'est pas plus mauvais que des nouilles traditionnelles, paraît-il. Et c'est sans gluten.

"Ce qui nous répugne, c’est le nom de l’ingrédient. Mais en vérité c’est délicieux, surtout avec du gibier", sourit Alain Limon en s'apprêtant à lancer de nouvelles fournées de pâtes saveur grillon ou criquet. Ou grillon-criquet pour les plus gourmets.

A 52 ans, c'est l'unique salarié de l’Atelier à pâtes, à Thiéfosse, au coeur des Vosges. Mais la petite usine de fabrication artisanale, créée en 2012 par Stéphanie Richard, envisage d'embaucher à nouveau face au succès de sa dernière création: les pâtes aux insectes.

"L’insecte, c’est la protéine du futur, de très haute qualité, bien assimilée par l’organisme et sans gluten", explique Mme Richard, une professeur de français qui s'est lancée dans les pâtes.

L’Atelier à pâtes produit quatre sortes différentes, toutes à base de farine de petit épeautre: grillon, criquet, grillon et criquet, ou grillon et cèpe. "Il y a un petit goût de noisette grâce au cèpe et cela ressemble à des pâtes au blé complet d’un point de vue gustatif", précise la quadragénaire.

Elle travaillait à l’élaboration d’une pâte hyperprotéinée pour sportifs lorsqu’un producteur d’insectes lyonnais l’a contactée. Convaincue, elle lance la production pour les fêtes. Quelque 500 paquets sont rapidement écoulés. "Le produit a eu un énorme succès tant il a suscité la curiosité", se réjouit Mme Richard qui entame, face à la demande, sa deuxième production.

Dans sa machine, Alain Limon mélange la farine d’épeautre bio en provenance de Toul (Meurthe-et-Moselle), la farine d’insectes (7%) et les œufs entiers. La pâte brunâtre ressort ensuite sous forme de radiatori -des pâtes en forme de petit radiateur aux bords canelés-, fusilli, crêtes de coq, spaghettis ou penne. Il faut ensuite les sécher pendant 12 heures à basse température, avant de pouvoir les placer dans des sachets en papier craft. En une journée, l’ouvrier produit 180 à 200 kilos de pâtes, toutes saveurs confondues.

A ses débuts, en 2012, Mme Richard produisait des pâtes nature aux œufs frais. Elle a ensuite diversifié sa production, estampillée 100% Lorraine, avec des produits locaux tels que l’ail des ours, les orties, le safran ou le petit épeautre. "Tout est produit en Lorraine", insiste-t-elle. Seule la semoule de blé dur, dont la culture est incompatible avec le climat de la région, est "importée".

Près de quatre ans plus tard, "ça marche tellement bien que nous pourrons bientôt embaucher une deuxième personne", affirme Stéphanie Richard, fière de sa production hebdomadaire, qui avoisine les 400 kilos. Et elle ne compte pas s'arrêter là: Stéphanie Richard est en train de travailler sur une nouvelle recette à base du fromage emblématique du Nord, le Maroilles, et souhaite aussi se lancer dans la fabrication de pâtes fourrées.

A un peu plus de 6 euros le sachet de 250g, les pâtes aux insectes restent plus chères que des pâtes classiques. Mais elle peuvent, souligne la créatrice, remplacer la viande pour les personnes qui n'en mangent pas -ou qui préfèrent les grillons.

 

Auteur(s): Sandrine Issartel (AFP).

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un employé de l'usine "L'Atelier à pâtes" montre des pâtes fabriquées à base d'insectes.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-