Vin rosé: une couleur qui colle à la peau

Vin rosé: une couleur qui colle à la peau

Publié le 27/10/2014 à 16:04 - Mise à jour le 05/11/2014 à 16:09
©Jean-Paul Pelissier
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Le vin rosé, c'est la star de l'été. Importé en France, et plus précisément en Provence, par les Grecs il y a 26 siècles, c'était alors le plus consommé par nos ancêtres. Depuis, sa méthode de fabrication a très peu changé.

Apparu en France il y a plus de 2.000 ans, le rosé était alors le vin le plus répandu en France. Il l’est resté jusqu’au XIXe siècle environ.

A cette époque, les techniques de macération nécessaires pour l’obtention du vin rouge n’étaient pas encore maîtrisées et le vin s’obtenait en faisant macérer très peu de temps les raisins écrasés au pied. Très doux et clair, l'ancêtre du rosé ainsi obtenu était ensuite aromatisé avec des herbes et des épices, afin d'en relever le goût.

Loin de son image de "sous-vin", le (bon) rosé nécessite des procédés de fabrication particuliers. Il est ainsi "le vin le plus facile à boire, mais aussi le plus facile à rater", disent les vignerons.

Tout d’abord, il faut savoir qu’il est strictement interdit, en France, de mélanger des vins blancs et rouges pour obtenir du rosé. Celui-ci est produit à partir de raisins noirs, principalement des cépages de grenache, de gamay ou de syrah.

Deux méthodes différentes existent:

1. La saignée. Une fois récoltés, les raisins sont foulés et le moût (mélange de pulpe, peau, pépins et jus) ainsi obtenu macère dans une cuve entre 2 et 48 heures. C’est durant ce laps de temps, au contact de la peau, que se colore et s’aromatise progressivement le jus. Il est ensuite séparé et mis en fermentation à basse température (18 à 20°C) une quinzaine de jours, le temps de s’alcooliser.

2. Le pressurage direct. Il consiste à presser le moût immédiatement après la foulée. Ne permettant qu’un court contact entre le jus et la peau, il ne donne que des rosés très pâles.

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le vin rosé nécessite des procédés de fabrication particuliers.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-