Confinement: les ventes d'autocollants pour plaques d'immatriculation en hausse

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Confinement: les ventes d'autocollants pour plaques d'immatriculation en hausse

Publié le 09/04/2021 à 11:32
© Sebastien SALOM-GOMIS / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Dès vendredi 2 avril, après l’annonce du troisième confinement, de nombreux Français sont partis sur la route, en général pour aller se confiner ailleurs qu’en ville comme cela avait été encouragé par le président de la République dans son allocution. Pour éviter les regards condamnateurs des locaux, les automobilistes venus de grandes agglomérations sont nombreux à utiliser la vieille astuce de l’autocollant sur leur plaque d'immatriculation, qui leur permet de se faire passer pour des habitants locaux...

Passer le confinement en bord de mer en tout discrétion grâce à l’autocollant

En général, les habitants de la capitale sont vite identifiés lorsqu’ils se rendent dans le sud (ils sont peu bronzés et se promènent en short alors que les locaux s'habillent encore en tenue hivernale), mais quand ils sont en voiture, nombreux sont ceux qui prennent bien soin d'éviter les jugements en cachant leur numéro de département sur leur plaque d’immatriculation. Les visiteurs procèdent de la même manière en Loire-Atlantique, au Pays basque ou en Bretagne. Car pour de nombreux Parisiens, il était hors de question de vivre un troisième confinement dans la capitale, au lieu d’aller se confiner en bord de mer. Le site internet Capital rapporte qu’en Bretagne, les nouveaux arrivants jouent la discrétion avec l’autocollant miracle.

Les vacanciers sont moins les bienvenus pendant l’épidémie

Dans les Pyrénées-Atlantiques, où le taux d’incidence est l’un des plus bas de France, on redoute les vacanciers et le surpeuplement. À Bayonne, les citadins ne sont pas accueillis à bras ouverts: “faut pas que les vacanciers arrivent, sinon on leur balance des jambons", menace un témoin cité par Libération. 

Les Parisiens, eux, se sentent menacés et préfèrent éviter les hostilités. France Bleu rapporte le malaise des Parisiens confinés à La Baule: "On est un peu mal à l'aise, d'être vus comme des profiteurs ou des gens qui viennent ramener le virus," témoigne l’un d’entre eux. Mais la situation a-t-elle vraiment empiré à cause du virus ? Les provinciaux ont-ils raison de penser que les “Parisiens” aggravent la situation épidémique dans leurs régions ? Cette crainte ne s'est pas vérifiée l'an dernier. Une autre personne confinée à la Baule revendique son droit à se déplacer et soutient que les hostilités existent de toute façon aussi en temps normal: “Il n'y a pas besoin du virus pour entendre des réflexions désagréables. Quand on va dans la Brière, il y a des inscriptions sur les maisons du type "Les touristes dehors". C'est pas nouveau !" Cela ne l'a pas dissuadée de venir se réfugier à La Baule. "Nous sommes là pour la liberté de bouger. Ici, on n'a pas de contrainte... sauf celle des gestes barrières."

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Quand on va dans la Brière, il y a des inscriptions sur les maisons du type "Les touristes dehors". C'est pas nouveau !"

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-