Ski: la France n'est plus la première destination mondiale

Ski: la France n'est plus la première destination mondiale

Publié le 19/09/2016 à 08:45 - Mise à jour à 08:47
©Zach Dischner/Wikimédia Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La France n'est plus la première destination mondiale pour le ski selon Domaines skiables de France (DSF). Avec 52 millions de journées-skieurs vendues (-3%), l'Hexagone arrive ainsi en deuxième position derrière les Etats-Unis mais devant l'Autriche.

La France a été détrônée par les Etats-Unis en tant que première destination mondiale pour le ski, lors de l'hiver dernier, qui a vu la fréquentation des pistes tricolores reculer de 3%, a annoncé ce lundi 19 Domaines skiables de France (DSF). Avec 52 millions de journées-skieurs vendues (-3%), l'Hexagone arrive ainsi en deuxième position derrière les États-Unis, qui enregistrent 53,9 millions de journées-skieur (+0,6%) mais devant l'Autriche (-4% à 49,9 millions de journées-skieurs). "Nous restons les premiers en Europe", a souligné Laurent Reynaud, délégué général de DSF, un organisme professionnel qui réunit 238 opérateurs de remontées mécaniques en France.

Depuis quelques années, la France et les États-Unis se disputent la première place du podium, au gré des chutes de neige dans les deux pays. La France est ainsi arrivée en tête des destinations les plus prisées pour le ski à quatre reprise, lors des hivers 2008/09, 2011/12, 2012/13 et 2014/15. Avant cela, les États-Unis décrochaient toujours la première place. La contre performance de cet hiver s'explique "par un démarrage très difficile en raison de l’absence de neige à basse et moyenne altitude, puis par une météo capricieuse créant des conditions d’exploitation perturbées", estime DSF dans un communiqué.

Aux États-Unis, la fréquentation a au contraire bondi sur la côte ouest par rapport à l'hiver précédent, marqué par une forte sécheresse. Par rapport à la moyenne des quatre dernières saisons, la fréquentation des pistes hexagonales est en recul de 6% lors de l'hiver 2015/2016. A l’issue de la saison, 72 dossiers d'indemnisation ont été ouverts, pour un montant total de 2,85 millions d'euros, dans le cadre du système d'assurance Nivalliance destiné à amortir les années difficiles pour les stations.

"C'est une grosse année d'indemnisation", a reconnu Laurent Reynaud, qui estime que c'est la pire depuis près de dix ans. Les stations du Jura ont connu la plus forte baisse de fréquentation (-23% sur un an), devant les Vosges (-16%) et le Massif central (-15%). La Savoie (+1%) et la Haute-Savoie (+0,1%) tirent leur épingle du jeu, tandis que les Pyrénées ont limité la casse (-7%). "Le savoir-faire et l’investissement des domaines skiables ont permis de réduire les conséquences d’un hiver particulièrement difficile. Somme toute, pour un hiver aux températures exceptionnellement douces et aux précipitations tardives, l'activité globale a bien résisté", estime Domaines skiables de France dans son communiqué.

Le syndicat professionnel appelle en outre à "optimiser" les systèmes de production de neige artificielle "afin d’exploiter au mieux les périodes de froid du début de saison". La fabrication d'une "sous-couche" de neige artificielle dès l'automne a permis à plusieurs stations de sauver leur début de saison. Les stations de ski françaises avaient atteint un record absolu de fréquentation (58,9 millions de journées-skieurs) lors de la saison 2008/09, soit 11,7% de plus qu'aujourd'hui. Aux États-Unis, le record de fréquentation a été atteint en 2010/11, avec 60,5 millions de journées-skieurs, soit 11% de plus que l'hiver dernier.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Depuis quelques années, la France et les États-Unis se disputent la première place du podium.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-