Attentats: les Parisiens se forment aux premiers gestes de secours

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Attentats: les Parisiens se forment aux premiers gestes de secours

Publié le 27/03/2016 à 16:23 - Mise à jour à 16:34
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Quatre mois après les attentats de Paris et quelques jours après ceux de Bruxelles, des milliers de Parisiens se sont formés ce samedi aux premiers gestes de secours sous l'égide des personnels de la Croix-Rouge, de la protection civile, du Samu et des pompiers de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP).

Apprendre à faire un massage cardiaque, placer une victime en position latérale de sécurité: des milliers de Parisiens se sont formés ce samedi 26 mars aux premiers gestes de secours pour apprendre à "sauver les siens", dans un contexte de menace terroriste. Sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris, au milieu des touristes et des artistes de rue, des personnels de la Croix-Rouge, de la protection civile, du Samu et des pompiers de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) répondent aux questions des Parisiens.

Pour cette première édition de l'opération Samedi qui sauve lancée par la Mairie de Paris, un peu plus de quatre mois après les attentats parisiens de novembre, 3.500 personnes s'étaient inscrites pour participer à cette formation dans toutes les mairies. Elles ont été rejointes par de nombreux passants, quelques jours après les attaques de Bruxelles. "J'ai appris à faire un massage cardiaque, les gestes qui sauvent, et me suis renseigné pour intégrer les équipes de la protection civile", explique à l'AFP Damien Blanchard, 29 ans. Pour ce jeune homme qui commencera une formation d'infirmier à l'automne, "c'est essentiel de sauver les siens et ceux qui sont en détresse autour de nous". "Il n'y a pas besoin d'avoir de la force et de grandes connaissances", s'étonne-t-il après deux heures de formation. "Il faut juste du calme et de la méthode".

Depuis les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, où 130 personnes sont mortes, de nombreux citoyens ressentent le besoin d'apprendre les "gestes qui sauvent". Pour répondre à cette demande croissante, et dans un contexte de risque d'attentat élevé, les pompiers ont lancé en janvier des formations.

"Sur le seul mois de février, 74.000 personnes ont été formées aux gestes qui sauvent sur l'ensemble de la France. A Paris, on recense chaque semaine 200 demandes d'inscription" aux sessions qui se poursuivront jusqu'à la fin de l'année, indique le capitaine Guillaume Fresse, un des porte-parole de la BSPP. "Le but est de leur apprendre à faire un massage cardiaque, stopper une hémorragie, extraire des blessés des décombres", ajoute-t-il. A travers ces exercices, "le but est de préparer la population parisienne au risque d'attentat", explique le médecin urgentiste Patrick Pelloux. "On en est là, on est à une époque de guerre", "on est en train de développer à Paris un secourisme de guerre, qui est nécessaire", souligne l'ancien chroniqueur à Charlie Hebdo, le journal décimé lors des attentats de janvier 2015.

Près du camion des pompiers, Elisabeth, 68 ans, découvre aux côtés de son mari "le rôle de chacune de ces organisations de secours". "Je ne savais pas que le 15 était le numéro du Samu". Cette femme est aussi venue pour actualiser ses connaissances acquises "il y a 40 ans". "Il y a évidemment le contexte des attentats qui joue, mais ça peut être utile aussi avec nos petits-enfants". Alors que les stands désemplissent et que les boutiques de la touristique rue de Rivoli, à deux pas du musée du Louvre, sont prises d'assaut, Damien "regrette qu'il n'y ait pas plus de monde". "J'ai envie de leur dire qu'ils pourraient arrêter de faire du lèche-vitrine, être altruiste et venir consacrer deux heures de leur temps pour apprendre ça."

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La Croix-Rouge participait à la première édition de l'opération "Samedi qui sauve", lancée par la mairie de Paris.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-