BAC S : "la gouvernance européenne depuis le traité de Maastricht", vous avez quatre heures…

BAC S : "la gouvernance européenne depuis le traité de Maastricht", vous avez quatre heures…

Publié le 20/06/2016 à 15:20 - Mise à jour à 15:25
©Valinco/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les jeunes ne s'intéressent que peu aux élections et aux institutions européennes. Pire, comme leurs aînées, ils sont nombreux à ne pas comprendre le fonctionnement de l'UE. D'où l'idée d'introduire plus d'Europe au sein du système scolaire, via des projets concrets.

L’Union européenne devrait-elle être davantage enseignée dans les écoles? Des cours sur l’Europe permettraient-ils de mieux comprendre son fonctionnement ? Les députés réunis en session plénière à Strasbourg ont débattu d’un rapport non-législatif en avril invitant les États membres à renforcer la dimension européenne dans l'éducation.

Effectivement, selon un sondage  "44% des Européens ne comprennent pas le fonctionnement de l'Union européenne et beaucoup estiment qu'ils ne peuvent pas faire entendre leur voix" précise Damian Drăghici, député démocrate socialiste roumain et auteur de cette initiative.

D'après un rapport de 2013, du contenu autour de l'Union européenne était inclus dans les programmes à tous les niveaux scolaires dans la majorité des États membres. Seul quatre pays font figure d’exception et ne mentionnent à aucun moment l’Europe dans leur programme de primaire. 

Néanmoins, le contenu a été jugé fragmenté et trop général. On note un manque de cohérence et de complémentarité avec les autres matières enseignées, ce qui rend difficile la compréhension de l’Union européenne pour les jeunes.

Mais l'Union européenne a des compétences très limitées en matière d’éducation et de programme scolaire, matières qui restent du ressort des Etats membres.

C’est pour cela que le Parlement européen a lancé en décembre 2015 un programme éducatif intitulé "Ecole ambassadrice". Il a pour objectif de donner aux jeunes des établissements secondaires et professionnels la possibilité d'approfondir leurs connaissances du Parlement européen et, plus largement, de l'Union européenne, d'appréhender leurs droits en tant que citoyens européens et de comprendre comment ils peuvent participer à la vie démocratique. Ce projet pilote a été simultanément lancé dans cinq pays: la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Irlande et la Pologne.

Ce programme, en phase pilote, a permis à 18 lycées professionnels d’Ile-de-Franced’élaborer des activités européennes au sein de leur établissement pendant l’année scolaire 2015-2016. Les équipes enseignantes ont engagés leurs élèves en section professionnelle dans une réelle mise en situation de montage de projet : participation aux réunions avec l’équipe de gestion de l’établissement pour établir les coûts de l’action,  recherches sur les spécialités européennes puis proposition de menu à la cantine, traduction de quiz sur l’Europe en cours de langue, mais aussi réalisation d’affiches pédagogiques, ou encore l’organisation d’une fête de l’Europe à l’intérieur du lycée. Un lycée professionnel hôtelier, a ainsi demandé à ses élèves de faire une recherche sur le label européen AOC. Bien loin de l’image des lointaines institutions bruxelloises, les jeunes découvrent comment l’Europe fonctionne et influence leur quotidien.

Seulement 27% des jeunes de 18 à 35 ans étaient allés voter aux dernières élections européennes (Mai 2014). Dans le cadre d’une enquête de l’Observatoire de la Jeunesse solidaire, 58% des jeunes plaçaient en deuxième position l’organisation de débats à l’école pendant les élections pour faire face à l’abstention. Les autres possibilités (vote par Internet, quotas de jeunes sur les listes, vote obligatoire, vote à16 ans, etc) arrivent loin derrière. Mais, en attendant les prochaines élections en 2019, ce programme européen d’école ambassadrice auprès des primo-votant pourrait répondre à leur attente. 

(Avec la contribution de la Maison de l’Europe de Paris)

 
 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Seulement 27% des jeunes de 18 à 35 ans étaient allés voter aux dernières élections européennes.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-