Bouddhisme: au moins 600.000 pratiquants en France

Bouddhisme: au moins 600.000 pratiquants en France

Publié le 10/09/2016 à 16:07
©Dylan Martinez/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

A la veille de la visite du dalaï lama à Paris, on estime à au moins 600.000 le nombre de bouddhistes en France. Dans la capitale, le centre Kagyu-Dzong au bois de Vincennes organise à l'année des rituels scandés par les cloches, le tambour et les cymbales, des entraînements à la méditation ou encore des enseignements. "C'est souvent le développement personnel que les gens cherchent quand ils viennent ici", explique la responsable du site.

Dans le petit temple du bois de Vincennes à Paris, près des offrandes de fruits et de lumière, un portrait du dalaï lama tout sourire rappelle l'aura du maître spirituel sur le bouddhisme tibétain, et au-delà. Bernadette Ota, secrétaire générale du centre Kagyu-Dzong, se réjouit de la première visite en France depuis cinq ans du 14e dalaï lama, 81 ans, attendu à partir de lundi 12 à Paris puis Strasbourg. "C'est un être d'exception - +Kundun+, la présence - qui incarne l'amour, l'espoir", dit cette ancienne catholique qui a fait sa "prise de refuge" - son engagement dans le bouddhisme - en 1987 en rencontrant Kalou Rinpoché (1905-1989), l'un des premiers maîtres tibétains ayant enseigné en Occident.

On estime à au moins 600.000 le nombre de bouddhistes en France, aux deux tiers d'origine asiatique. Les effectifs, approximatifs faute de statistiques, ont triplé en un quart de siècle, selon certaines sources. Parmi les occidentaux, le tantrisme tibétain, censé permettre d'atteindre l'éveil en une vie en empruntant le "véhicule du diamant", est majoritaire. Havre de paix loin des rumeurs de la ville, le temple du bois de Vincennes appartient à l'école kagyupa dirigée par le karmapa, autre moine "réincarné". Il ne dépend pas directement du dalaï lama, qui est de la lignée gelugpa. Peu importe pour ses fidèles. "Le dalaï lama est reconnu par toutes les écoles tibétaines mais au-delà par les bouddhistes et des laïques pour sa personnalité remarquable", dit Bernadette Ota. Signe de ce capital de sympathie: à Strasbourg, les interventions publiques du prix Nobel de la Paix 1989 réuniront près de 8.000 personnes, selon les organisateurs.

A Paris, le centre Kagyu-Dzong organise à l'année des rituels scandés par les cloches, le tambour et les cymbales, des entraînements à la méditation, des enseignements... "On prend un peu le bouddhisme à la carte. Certains vont venir écouter des enseignements, ils reviendront ou pas, mais il en restera quelque chose", veut croire la responsable. Elle, comme beaucoup, s'est engagée dans une relation de disciple à maître pour avancer dans sa quête spirituelle. Qu'elle pourrait résumer ainsi: "être bien en essayant d'être altruiste". "Le bouddhisme est avant tout une réponse à la souffrance", explique Dharmacharini Vassika, responsable du Centre bouddhiste Triratna de Paris, dans le IXe arrondissement. Cette communauté non tibétaine s'emploie à adapter au monde moderne le dharma, l'enseignement du Bouddha.

"C'est souvent le développement personnel que les gens cherchent quand ils viennent ici. Mais le bouddhisme offre plus que ça: un chemin de transformation complet menant vers quelque chose de transcendant, au-delà d'une amélioration de sa petite vie de tous les jours", dit-elle avec une pointe d'accent anglais. Michelle, une infirmière qui fréquente le centre depuis deux ans, ne regrette pas son christianisme: "Aujourd'hui je me retrouve mieux dans le bouddhisme, une approche beaucoup plus libre. C'est un enseignement pour avoir une meilleure vie maintenant, on ne travaille pas pour notre salut".

Historien du bouddhisme, lui-même pratiquant dans son Périgord érigé en "petit Tibet de l'Occident" dans les années 70, Laurent Deshayes relève "une incompréhension de ce qu'est la méditation d'un point de vue bouddhiste, qui n'est pas un moyen de se détendre". "On voit le bouddhisme transmis dans une forme déspiritualisée pour rappeler ses points fondamentaux: la bienveillance, la non-violence", note-t-il, alors que "si on n'est pas dans relation de maître à disciple, on n'atteint pas un certain point de méditation". Pour le reste, "l'étiquette" (zen, tibétaine, vietnamienne...) "importe peu", estime-t-il: "Ce sont juste des chemins d'expérimentation différents".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le dalaï lama est reconnu par toutes les écoles tibétaines.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-