Pénurie de carburant: fin de la grève, à quand le retour à la normale dans les stations-service? (carte)

Pénurie de carburant: fin de la grève, à quand le retour à la normale dans les stations-service? (carte)

Publié le 01/06/2017 à 10:56 - Mise à jour à 11:25
© BENJAMIN CREMEL / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La grève des transporteurs de carburant a pris fin ce jeudi suite à des négociations avec le gouvernement. Reste à savoir combien de temps il faudra désormais pour ravitailler les quelque 1.000 stations-service touchées par la pénurie, principalement en Ile-de-France.

La CGT-Transports a annoncé ce jeudi 1er juin au matin que les négociations avec le gouvernement étaient suffisamment satisfaisantes pour une reprise du travail. Les barrages filtrants doivent donc être levés dans la journée afin que les stations-service puissent être ravitaillées.

Depuis vendredi 26 et le début du mouvement, environ un millier de stations avaient été touchées par une pénurie totale ou partielle selon l'application collaborative Essence qui recense les prix et la disponibilité du carburant.

Un chiffre relativement faible comparé à celui des quelque 12.000 stations françaises et des plus de 4.000 qui avaient été impactées durant la contestation de la loi Travail en 2016. Mais la pénurie était cette fois très concentrée sur l'Ile-de-France qui comprend à elle seule 1.000 établissements. De son côté l'Union française de l'industrie pétrolière évoquait 50 % de stations franciliennes en rupture complète. Une concentration qui risque de rendre la vie des conducteurs franciliens complexes pour encore quelques temps.

Si la CGT prévoit un retour à la normale des conditions de livraison dans la journée de ce jeudi, toutes les stations concernées ne pourront pas être ravitaillées simultanément. Le véritable retour à des conditions normale et la fin des inquiétudes pour les automobilistes devraient donc attendre encore un peu. Il faut aussi compter avec une possible ruée vers les pompes -difficile à évaluer- suite à l'annonce de la fin du mouvement.

Au centre du conflit se trouve la spécificité du transport de matières dangereuses et l'amélioration des conditions de travail. La CGT Transports revendique notamment une durée journalière de travail maximale de 10 heures, un suivi médical semestriel spécifique, un taux horaire minimal de 14 euros de l'heure et un treizième mois, une demande partagée par l'ensemble des syndicats.

Mercredi soir, à l'issue d'une réunion de trois heures au ministère des Transports, elle avait salué "des avancées significatives", notamment un calendrier précis de discussions.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plusieurs centaines de stations-service franciliennes attendent d'être ravitaillées en carburant.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-