Célibataires et sexualité au temps du confinement

Célibataires et sexualité au temps du confinement

Publié le 22/04/2020 à 09:52 - Mise à jour à 11:37
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A
S’il en est qui attendent avec une impatience toute particulière la fin du confinement, ce sont certainement les célibataires, ou membre de famille monoparentale, privés de relations sexuelles depuis plus d’un mois. 
 
Privés ? Pas tout à fait en réalité. On imagine aisément que certains puissent avoir recours aux plaisirs solitaires et aux sex-toys - tant pis pour cellles et ceux qui ont tardés, Amazon n'a plus le droit d'en vendre. Mais c’est une autre tendance qui se développe : le sexe à distance, avec des partenaires connus ou inconnus, via les applications dédiées. 
 
Les témoignages se multiplient, de ceux qui ont osé franchir le pas, non seulement pour des questions de libido, mais aussi parce que
« c’est important de se sentir désiré, ça permet de se raccrocher à quelque chose »
Une sexologue et psychologue clinicienne citée par le journal Le Monde le confirme : 
« La sexualité constitue un échappatoire au huis-clos, elle permet de libérer le corps et de stimuler l’imagination »
Il ne pouvait pas en être autrement, les applications de rencontre se sont adaptées à la situation en offrant des fonctionnalités supplémentaires, tout en invitant leurs utiliser à respecter gestes barrières et distanciation sociale. Elles enregistrent d’ailleurs des records de fréquentation – 3 milliards de swipes sur Tinder pour la seule journée du 29 mars, un record absolu !
 
Et après le 11 mai ? 
 
De fait, des applis comme Once misent désormais sur les live-vidéo. Et pour cause. 54 % des utilisateurs d’une autre appli, Happn pour ne pas la citer, envisageaient de passer aux rendez-vous en ligne dès le début du confinement. 
 
Le 11 mai changera-t-il la donne pour les célibataires ? On pourrait penser que oui, dès lors que les sorties (et les rencontres!) seront de nouveau autorisées. Mais aussi que non, étant donné que les gestes barrières devront être maintenus. Le sexe n’est cependant pas toujours synonyme de prudence.
 

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Faute de vraies relations, les célibataires se replient sur les applications de rencontre

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-