Circulation: Bordeaux supprime un maximum de feux tricolores, d'autres villes songent à faire de même

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Circulation: Bordeaux supprime un maximum de feux tricolores, d'autres villes songent à faire de même

Publié le 14/02/2017 à 10:56 - Mise à jour à 11:14
©Houpline Renard/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour fluidifier le trafic et réduire le nombre d'accidents de la route, plusieurs villes comme Bordeaux, Nantes ou Paris ont décidé de supprimer, au moins en partie, les feux tricolores. Jugés dangereux, ils seraient responsables de 10.000 accidents par an.

Les feux tricolores pourraient être amenés à disparaître. Depuis plusieurs mois, voire années, de nombreuses villes envisagent de supprimer, au moins en partie, les feux rouges destinés à réguler la circulation aux carrefours. A la place: des ronds-points, des "Stop", des "Cédez le passage" ou des priorités à droite pour responsabiliser le conducteur. A Paris, par exemple, la mairie voudrait voir disparaître ce dispositif dans plusieurs quartiers où la zone est déjà limitée à 30km/h. Car en plus d'être accusés de ralentir le trafic, les feux tricolores, au nombre de 30.000 en France, ont été jugés dangereux. Au total, ils provoqueraient 10.000 accidents par an causant la mort de 150 personnes. Par conséquent, le conseil de Paris a voté, lundi 30 janvier, pour une expérimentation de l'abandon des feux de signalisation.

"Les études montrent que lorsqu'on élimine les feux à certains embranchements, il y a moitié moins d'attente pour les conducteurs mais il y a surtout moins de morts car les automobilistes ont tendance à ralentir", a expliqué au Parisien la coprésidente du groupe écologiste de Paris, Anne Souyris. Un avis que partagent nombre d'élus puisque plusieurs villes ont déjà commencé à mettre au placard les feux tricolores. Bordeaux, par exemple, en a déjà retiré et souhaite, à terme, en supprimer 300. A Lyon également, plusieurs feux ont été retirés. Même chose pour Nantes, Niort, Rouen et Abbeville (Somme) où il ne reste qu'un seul feu rouge pour 24.000 habitants.

Cette expérimentation a également été testée dans d'autres villes du monde, comme à Philadelphie aux Etats-Unis. Dans cette ville américaine, cette initiative a permis de réduire de 25% les accidents. "Au début, les gens se sentent moins en sécurité, ont le sentiment d'être livrés à eux-mêmes car il n'y a pas de panneaux ou de feux pour leur dire quoi faire. Mais ils se retrouvent du coup dans une situation de plus grande vigilance", a expliqué au Parisien Christophe Damas, chercheur au Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


On compte 30.000 feux tricolores en France.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-