Circulation différenciée: entre confusion et mauvaise foi à Paris

Circulation différenciée: entre confusion et mauvaise foi à Paris

Publié le 23/01/2017 à 14:33 - Mise à jour à 14:34
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Ce lundi, les automobilistes circulant à Paris ou son agglo devaient être munis d'une vignette Crit'Air ou d'un reçu prouvant qu'elle a été commandée, en fonction du taux de pollution du véhicule utilisé. Si certains ont essayé de tromper la police, d'autres n'ont visiblement pas du tout compris à quoi servait cette vignette.

"J'ai commandé la vignette mais je ne l'ai pas encore reçue", "On m'a dit que je n'en avais pas besoin"... Les automobilistes parisiens contrôlés tentaient ce lundi 23 d'obtenir la clémence des policiers, lors de la première journée de circulation différenciée.

Ce lundi, les véhicules les plus polluants étaient interdits de rouler à Paris et en proche banlieue, dans le cadre de la mise en place de la circulation différenciée, en raison d'un nouvel épisode de pollution de l'air.

La mesure concernait les véhicules non classés (pour la plupart dont l'immatriculation est antérieure à 1997) et les véhicules de classe 5 (immatriculés entre 1997 et 2001) selon la classification des vignettes Crit'Air, obligatoires depuis mi-janvier à Paris et dans 69 communes, a précisé la préfecture. Les autres véhicules disposant des vignettes Crit'Air de classe 1 à 4 pouvaient circuler.

"Franchement, j'avais pas compris. Mais de toute façon, faut bien que j'aille travailler", lance Mohamed, contrôlé porte Maillot au volant d'une voiture immatriculée en 1996 et donc interdite à la circulation dans Paris. A 8h, une centaine de contraventions avaient déjà été dressées, selon la préfecture de police de Paris.

Contrôlé car il ne présentait pas de vignette Crit'Air sur son pare-brise, Abdé, 26 ans, tente d'amadouer les policiers en argumentant "J'ai commandé ma vignette, mais je ne l'ai pas encore reçue", sans pour autant être en mesure de présenter un récépissé.

Selon la sous-directrice régionale à la circulation et sécurité routière Françoise Hardy, présente sur place, "une certaine tolérance est encore appliquée ce lundi sur les vignettes, on fait encore de la pédagogie. Mais les véhicules interdits à la circulation sont verbalisés".

Les contrevenants risquent une amende de 68 à 135 euros dans la zone à circulation restreinte qui concerne Paris et la proche banlieue, et de 22 euros dans les 70 communes de l'agglomération.

Une vignette jaune de classe 2 sur le pare-brise, Michel ne comprend pas pourquoi il est malgré tout contrôlé. "Je suis en règle, c'est insensé de faire perdre son temps aux gens comme ça", peste-t-il en remontant dans sa voiture.

Isabelle, elle, qui attend de recevoir sa vignette de classe 3, avoue qu'elle ne sait pas à quoi ça correspond mais "trouve ça bien". "C'est mieux que la circulation alternée, car au moins ce sont les voitures les moins polluantes qui continuent à circuler", dit-elle.

De son côté, le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) qui gère les transports en commun dans la capitale avait mis en place ce lundi un "forfait antipollution" toutes zones au tarif de 3,80 euros par jour, alors qu'il varie habituellement entre 7,30 (zone 1-2) et 17,30 euros (zone 1-5).

L'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air, avait alerté sur un possible dépassement du "seuil d'alerte" (80 µg/m3) de la concentration en particules dimanche.

Craignant que cette pollution, liée à une météo caractérisée par une situation anticyclonique, des températures très basses et l'absence de vent, ne continue, la préfecture de police de Paris a décidé pour la première fois d'instaurer une journée de circulation différenciée ce lundi.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En région parisienne, seuls les véhicules de la classe 1 à 4 selon le baromètre Crit’Air, ainsi que les véhicules "zéro émission moteur" peuvent rouler.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-