Croquettes, pâtée : pourquoi leur odeur rend-t-elle nos animaux accros ?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Croquettes, pâtée : pourquoi leur odeur rend-t-elle nos animaux accros ?

Publié le 23/07/2021 à 15:44
Lina Angelov/Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Pour inciter chats, chiens ou cochons d’Inde à se ruer sur leur repas, les industriels ont leur petit secret : y ajouter un goût ou une odeur irrésistible pour eux… mais hélas pas pour leur maître.

Une nourriture à l’odeur particulière

En servant sa pâtée quotidienne à votre chien, vous avez pris l’habitude de vous boucher le nez en raison de son odeur putréfiée ? C’est parfaitement normal. C’est même l’un des secrets des industriels pour rendre votre animal de compagnie accro.

Car, comme nous, les animaux ne résistent pas à une odeur alléchante. Mais ce qui semble appétissant pour eux ne l’est pas forcément pour nous ! Et ça, les fabricants de nourriture pour chat et chien l’ont bien compris. Aussi, pour les inciter à se ruer sur leur gamelle pour y dévorer son contenu, ils y ajoutent des composés volatils qui donnent cette odeur de chair pourrie, de chaussette sale ou de vomi si particulière, et dont raffolent nos compagnons à quatre pattes.

Des odeurs différentes selon l’espèce animale

Mais quels sont ces composés ? Consoglobe s’est posé la question et en recense plusieurs en fonction de l’espèce à laquelle appartient votre animal de compagnie. Ainsi, les chats ne peuvent résister à des plats de type japonais, qui contiennent un cinquième et sixième goût appelés umami et kokumi. Difficiles à définir pour les Occidentaux, ces goûts peuvent se définir comme « savoureux » et « onctueux ».

Rien à voir avec les chiens, qui raffolent des odeurs de chair pourrie dégagée par deux composés, la putrescine et la cadavérine. Les propriétaires de lapins ou de cochons d’Inde ont plus de chance, puisque leur nourriture sent la menthe ou l’origan. Parmi les autres composés volatils utilisés par les industriels agro-alimentaires dans la nourriture pour animaux, on trouve également de l’heptanal, le nonanal et l’octanal.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un chat se léchant les babines

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-