Dépannage à domicile: une campagne pour en finir avec les arnaques

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 27 septembre 2016 - 14:29
Image
Un plombier répare des toilettes.
Crédits
©Justin Sullivan/AFP
Face au trop grand nombre d'abus de la part des services de dépannage, une campagne d'information des consommateurs va être lancée.
©Justin Sullivan/AFP
La secrétaire d'Etat à la Consommation Martine Pinville lance ce mardi une campagne de prévention et d'information des consommateurs contre les abus pratiqués dans le secteur du dépannage à domicile. Un secteur encore l'objet de nombreuses plaintes.

Clefs perdues, fuite d'eau, panne d'électricité... tous les consommateurs français ont été confrontés ou seront un jour confrontés à une de ces situations qui nécessite l'intervention d'un dépanneur. Une situation qui ne fait jamais plaisir, d'autant que ce secteur reste réputé pour le nombre de professionnels peu scrupuleux qui profitent de la détresse des particuliers.

Preuve que cela ne relève pas seulement du cliché, une campagne de prévention et d'information des consommateurs contre ces abus est lancée ce mardi 27 par la secrétaire d'Etat à la Consommation Martine Pinville.

" L’activité de dépannage à domicile est généralement source d’un trop grand nombre de problèmes préjudiciables pour les consommateurs. Aussi, en complément de son action de contrôle, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a développé des outils pour sensibiliser les consommateurs et appeler à leur vigilance dans l’objectif de les protéger des pratiques frauduleuses identifiées", précise le ministère de l'Economie dans un communiqué.

En 2014, la DGCCRF a enregistré 8.845 plaintes concernant le secteur des services d’installation, d’entretien et de réparation. Bien que ce chiffre soit en baisse sur les dernières années, le secteur, notamment celui des réparations à domicile, reste particulièrement source d'abus, en particulier auprès de personnes vulnérables.  "Les montants des préjudices atteignent souvent plusieurs milliers d’euros par victime", précise la DGCCRF, ajoutant que "les méthodes deviennent de plus en plus agressives se traduisant par des agressions verbales, des menaces, etc".

Parmi les manquements les plus fréquents se trouve l'absence de devis et facture détaillés, ou encore l'envoi de prospectus publicitaires comprenant les numéros des services d'urgence pour leur donner un prétendu aspect "officiel". 

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Des personnes chez un concessionnaire.
Voitures d'occasion: faites attention aux arnaques
Selon une enquête de la répression des fraudes, dévoilée ce lundi, près de la moitié des commerces d'automobiles d'occasion sont en infraction. Fausse première main, a...
09 mai 2016 - 18:19
Lifestyle