Education: de nouvelles mesures pour améliorer le remplacement des professeurs absents

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Education: de nouvelles mesures pour améliorer le remplacement des professeurs absents

Publié le 18/10/2016 à 11:39
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le ministère de l'Education nationale va annoncer de nouvelles mesures pour répondre rapidement aux absences de professeurs dans les établissements scolaires, et mieux anticiper les absences prévisibles.

Comment mieux assurer les remplacements de professeurs absents, ainsi que l'information donnée aux familles? La ministre Najat Vallaud-Belkacem doit annoncer officiellement mardi 18, une batterie de mesures pour répondre à cette lancinante préoccupation des parents.

Pour les écoles maternelles et primaires, il y aura un vivier unique de remplaçants par département, alors que jusque-là, leur zone d'intervention pouvait être plus réduite. Cela devrait permettre de limiter l'affectation successive d'enseignants différents devant les enfants, selon la rue de Grenelle.

Dans le secondaire, en cas d'absence courte, c'est l'établissement qui est censé se débrouiller avec des heures supplémentaires assurées par d'autres enseignants. Au-delà de quinze jours, l'académie doit se charger du remplacement. Le ministère veut "réactiver" des protocoles de remplacement des absences courtes, créés en 2005 mais "tombés en désuétude dans de nombreux établissements".

Pour les absences ponctuelles mais à répétition, dites "absences perlées", le ministère veut généraliser à la rentrée 2017 des protocoles pour "mieux accompagner les personnels en difficulté" (les recevoir, envisager des solutions type tutorat, allégement de service, retrait temporaire...).

La gestion des absences prévisibles doit aussi être améliorée. Ainsi, des formations d'enseignants pourront être organisées pendant les petites vacances, sur la base du volontariat et rémunérées. De même, les jurys et les préparations d'examen seront "organisés de préférence le mercredi après-midi".

Un guide sur les autorisations d'absence sera élaboré.

Le ministère s'engage à publier tous les ans des indicateurs nationaux sur les non remplacements.

En 2015-2016, il y a eu en moyenne 1,6% de demi-journées de cours non assurées dans le premier degré (13 heures par élève et par an), indique-t-il. Ce taux a atteint 3,1% dans l'académie de Créteil, qui peine à recruter suffisamment de professeurs.

Dans le second degré, il y a eu 2,9% d'heures de cours non assurées en 2014-15, dernière année dont les données sont disponibles (29 heures par élève et par an).

Concernant l'information des parents, une charte sera expérimentée dans les académies de Poitiers et Nancy-Metz et généralisée "courant 2017".

Les enseignants sont moins souvent absents pour maladie que la moyenne des fonctionnaires, mais c'est "plus problématique parce qu'à chaque fois ça se compte en heures perdues pour les élèves", a dit Najat Vallaud-Belkacem mardi sur RTL, avant une conférence de presse sur les remplacements.

Entre 2008 et 2012, sous la droite, il y a eu 1.576 suppressions de postes de remplaçants en primaire, souligne le ministère. Entre 2013 et 2017, il y aura 5.000 créations de postes de remplaçants, dont 1.349 à la rentrée 2016 et 1.500 en 2017.

"Le jour où certains voudront se remettre à supprimer des postes dans l'Education nationale, à nouveau on sera confronté à la difficulté de remplacement", a-t-elle relevé, dans une allusion aux programmes de plusieurs candidats à la primaire de la droite.

Les absences non remplacées sont dénoncées chaque année par les fédérations de parents, notamment en Seine-Saint-Denis, département défavorisé et en boom démographique. L'année dernière, la FCPE a recensé plus de 40.000 journées de cours perdues nationalement, d'après les signalements de parents sur son site ouyapascours.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




C'est dans l'académie de Créteil que les enseignants sont le plus souvent absents.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-