Emballages cancérogènes: Foodwatch distribue les bons points et les blâmes à la grande distribution et aux marques

Emballages cancérogènes: Foodwatch distribue les bons points et les blâmes à la grande distribution et aux marques

Publié le 29/11/2016 à 09:11 - Mise à jour à 09:16
©A.G.Photographe/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'ONG Foodwatch, qui avait dénoncé en 2015 la contamination par des substances cancérogènes de nombreux produits alimentaires, a salué ce mardi les efforts fournis en la matière par plusieurs enseignes de la grande distribution. Elle reproche cependant à certaines de ne pas aller assez loin et à plusieurs marques de faire la sourde oreille sur le sujet.

L'ONG Foodwatch a salué ce mardi 29 les engagements pris depuis un an par la grande distribution française pour réduire la contamination d'aliments par des dérivés d'hydrocarbures potentiellement cancérogènes, tout en appelant le gouvernement à agir pour mieux protéger les consommateurs.

"Des acteurs majeurs comme E. Leclerc, Carrefour, Lidl, Intermarché, Système U, et Casino ont enfin pris un engagement clair pour lutter contre la contamination de leurs produits par des substances qui peuvent notamment causer le cancer. Ils représentent à eux seuls plus de 84% des parts de marché de la grande distribution" indique un communiqué de Foodwatch diffusé mardi matin.

Foodwatch épingle le distributeur Auchan, le groupe Nestlé et la marque Uncle Ben's qui "reconnaissent le problème et prennent de premières mesures, mais doivent aller plus loin".

L'ONG dénonce les groupes agro-alimentaires Panzani, qui commercialise les couscous Regio, les marques Ferrero et Lustucru et la marque de chocolat en poudre Van Houten qui "ne daignent même pas répondre aux inquiétudes des consommateurs".

En octobre 2015, Foodwatch avait créé une vive émotion en France en publiant les résultats d'une étude montrant que 60% des aliments de grande consommation testés (riz, céréales, lentilles, couscous, pâtes), notamment beaucoup de marques de distributeurs, étaient contaminés par des huiles minérales aromatiques, potentiellement cancérogènes, et mutagènes, notamment via leurs emballages.

Deux catégories d'huiles sont mises en cause, des MOAH, substances volatiles qui migrent notamment des emballages carton vers les aliments (mineral oil aromatic hydrocarbons), suspectées d'être cancérigènes et mutagènes et les MOSH (mineral oil saturated hydrocarbons).

Aucune réglementation n'existe en France sur les quantités acceptables de ces huiles minérales dans les produits alimentaires. Dans un rare salut à la grande distribution, Foodwatch juge "encourageant" que "de grands groupes s'engagent enfin à stopper la contamination des aliments par les hydrocarbures".

"Mais sur une question de santé publique de cette importance, il n'est pas acceptable de s'en remettre uniquement au bon vouloir des industriels" indique la directrice générale de Foodwatch France, Karine Jacquemart.

L'ONG, fondée par un ancien de Greenpeace, suggère de rendre obligatoire la protection des aliments dans tout le secteur agro-alimentaire. Elle lance avec le réseau environnement-santé une pétition (contamination.foodwatch.fr) adressée à quatre ministres, Martine Pinville (Consommation), Michel Sapin (Economie), Marisol Touraine (Santé) et Ségolène Royal (Environnement).

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Selon Foodwatch, des progrès ont été faits sur les emballages cancérogènes, mais certaines marquent "ne daignent même pas répondre aux inquiétudes des consommateurs".

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-