Facebook: bientôt un clic "Je n'aime pas"

Facebook: bientôt un clic "Je n'aime pas"

Publié le 16/09/2015 à 07:34 - Mise à jour à 07:38
©Dado Ruvic/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): JmC
-A +A

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a annoncé mardi une révolution que les utilisateurs du réseau social réclament depuis longtemps: un bouton-clic "Je n'aime pas".

C'est tellement entré dans les mœurs des internautes que le bouton-clic "J'aime" (pouce levé) de Facebook est devenu un nom commun en bon français: un "Like". Mais que se passe-t-il quand on n'aime pas?

Eh bien le réseau social va introduire un "Don't Like": "Je n'aime pas" (pouce baissé). Son fondateur et PDG, Mark Zuckerberg, l'a annoncé mardi 15 lors d'un échange de questions-réponses avec le public à Menlo Park, en Californie. "Nous vous avons enfin entendu", a-t-il dit, reconnaissant que cette demande des utilisateurs de Facebook existait depuis longtemps.

Les ingénieurs du groupe y travaillent et ce nouveau bouton-clic devrait apparaître "bientôt", a-t-il précisé. "Aujourd'hui est un jour spécial, parce que c'est le jour où je peux dire que nous travaillons là-dessus et que nous sommes tout près de démarrer un test".

Cela permettra aux utilisateurs d'exprimer leur sentiment face à un texte ou une photo d'un autre "ami" de Facebook: "Je n'aime pas". Les utilisateurs du réseau social souhaitent d'autres moyens de s'exprimer en un seul clic, comme "Je suis désolé" ou "Intéressant", nouvelle étape d'une communication-éclair qui n'aurait pas besoin de mots.

"Nous ne voulions pas seulement construire un bouton +Je n'aime+ pas parce que nous ne voulons pas transformer Facebook en un forum où les gens votent pour ou contre les publications des gens", a expliqué Mark Zuckerberg. "Il est important de donner aux gens davantage d'options que juste +J'aime+ pour rapidement marquer des émotions et partager leurs sentiments sur une publication".

Mais, contrairement à ce que l'on pourrait croire, c'est techniquement "étonnamment compliqué" à mettre en œuvre, a-t-il ajouté. 

 

 

Auteur(s): JmC

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Enfin un vrai dialogue entre amis sur Facebook: j'aime, je n'aime pas.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-