Froid : "pas d'inquiétude particulière" sur l'alimentation électrique

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 26 février 2018 - 11:29
Image
Un employé de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, travaille sur un pylone électrique à Villeneuve-d'Ascq le 10 février 2017
Crédits
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
Un employé de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, travaille sur un pylone électrique à Villeneuve-d'Ascq le 10 février 2017
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives

RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, a indiqué lundi n'avoir "pas d'inquiétude particulière" sur l'alimentation électrique, en dépit de la vague de froid qui s'est abattue sur la France.

"Malgré des températures de -9°C à -10°C en dessous des normales de saison ces trois prochains jours, RTE n'a pas d'inquiétude particulière concernant la sécurité de l'alimentation électrique de la France cette semaine", a indiqué un porte-parole à l'AFP.

"Nous sommes vigilants et attentifs à l'évolution des températures dans les prochains jours", a-t-il ajouté.

Brune Poirson, la secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, s'est rendue lundi au Centre national d'exploitation du système de RTE, à Saint-Denis. "Il n'y a pas d'inquiétude excessive à avoir. Il n'y aura pas de coupure d'électricité, ni pour les ménages ni pour les entreprises. C'est rassurant", a-t-elle déclaré à des journalistes dont l'AFP à l'issue de sa visite.

"Néanmoins nous allons importer de nos voisins et utiliser les énergies renouvelables, notamment les éoliennes", a-t-elle ajouté.

Selon RTE, qui est chargé d'assurer l'équilibre entre l'offre et la demande d'électricité dans le pays, la pointe de consommation devrait atteindre 89.500 MW lundi soir et devrait être, mardi à 19H00, encore plus haute à 93.000 MW.

Ce dernier niveau sera vraisemblablement le pic de cet hiver, mais inférieur aux 94.200 MW qui avaient été consommés le 20 janvier 2017, alors que l'hiver avait été particulièrement rigoureux l'an dernier.

RTE souligne que les moyens de production disponibles en France, associés aux effacements (réduction ou report volontaire de la consommation par certaines entreprises) et aux importations, "permettent de couvrir les besoins électriques de la France et offrent des marges suffisantes, sans avoir à recourir à des solutions dites exceptionnelles", comme une baisse de la tension par exemple.

Du côté de l'électricien EDF, on indique avoir "décidé de reporter les opérations de maintenance programmée et de rechargement du combustible de deux unités de production" nucléaire en prévision du froid.

Initialement prévu samedi 24 février, le début des arrêts des réacteurs nucléaires de Gravelines 6 et Tricastin 4 a été décalé d'une semaine, a expliqué une porte-parole à l'AFP.

Malgré les marges suffisantes, RTE a par ailleurs demandé au grand public de réduire sa consommation (par exemple en éteignant la lumière dans les pièces inoccupées) durant les heures de pointes (8H00-13H00 et autour de 19H00).

Brune Poirson a aussi appelé "l'ensemble des entreprises et des ménages français à maîtriser leur consommation d'électricité".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Draghi
Mario Draghi, enfant prodige de Goldman Sachs et Bretton Woods, de l’ombre grecque à l’échec italien
PORTRAIT CRACHE - Professeur d'économie, banquier : Mario Draghi, c'est l'histoire d'un homme qui a troqué les bancs de la fac pour les couloirs de la finance mondiale...
06 juillet 2024 - 15:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.